Pages : 1055 1056 1057 1058 1059   [1060]   1061 1062 1063 1064 1065

Décryptage du clip "Oui mais... Non"

Par mylene.net, le 18/11/10 - 13:38
Dernière modification le 18/11/10 - 13:48 , lu 32 183 fois.

Clip Oui mais... Non - Premires analyses


Difficile de trouver un sens évident à ce clip.

Tout d'abord, il est intéressant de découvrir le travail du réalisateur Chris Sweeney.
Vous pouvez regarder de nombreuses vidéos sur ce lien:
colonelblimp.com/Chris-Sweeney/


Une première analyse globale du clip proposée par Hugues Royer l'auteur de la bio non officielle "Mylène" (analyse plutôt concise et pertinente)
"Le mouvement du désir est contradictoire », a écrit le philosophe Hegel. Tel pourrait être, en substance, le message de « Oui mais…non », le nouveau tube de Mylène Farmer.
Message remarquablement illustré dans le clip de la chanson. Chaque sexe est renvoyé à ses stéréotypes : vêtues de noir, les femmes incarnent le mystère ; coiffés de perruques larges comme des bicornes, les hommes symbolisent la force, l’énergie à l’état brut. Comment les deux pôles s’attirent-ils ?
La vidéo le suggère en alliant l’élément liquide, féminin, et l’élément terrestre, cette poudre noire ou blanche qui recouvre les corps des danseurs.
Et puis, soudain, au terme d’une parade amoureuse, l’étincelle jaillit au bout d’une sorte de baguette magique. L’homme se tourne vers la femme, qui se tourne vers l’homme. Instant du désir, insaisissable et magique. Avec cette envie de traverser le mur qui sépare les sexes : chacun son tour, l’homme et la femme brisent la paroi de verre pour se rencontrer.
Quant à Mylène, ondulant sous les néons, elle montre à quel point le désir est moteur : il réchauffe le coeur de celui qui l’éprouve, lui insuffle l’énergie."
http://huguesroyer.wordpress.com



Deuxième analyse du clip avec un parallèle avec le texte par ikkyusan:
"Ne serait ce pas là, la réincarnation de l’être-ange créature qui figurait dans the Farmer Project….
Elle nous apparait comme une beauté fatale, sexy………….
Qui vient pour nous délivrer d’un message
Ne serait-elle pas la voie à suivre, la voix à écouter  ……….

A noter  le jeu de lumière, comme un rappel des ondes luminescentes qu’elles déversent sur les gens
L’eau laiteuse pour évoquer la fécondité
La vitre brisée par le poing comme le signe d’une protestation ….sur le regard que nous portons sur nous même, parfois…
souvent........ mais, surtout envers l’autre…forcément

Il faut pour cela prêter attention aux paroles de oui mais non qui dans le fond délivrent:
Un message sombre sur la société:
Le monde entier dépend de nous
Destin fragile et monde hostile, on devient fou (…)
Tac au tac c'est l'ère du toc
C'est non, ah han (…)
Bon (….)
Pour l'authentique on traque du stock
Du tac au tac changeons d'époque


Sur nos actes dans la  vie:
Regarde-moi, être au pas c'est n'être pas
C'est peut-être chic de faire du toc
Tout pas tout dit mais la vie m'effraie elle a bon dos, oh oh (…)
Dis-moi, oui mais non
Ne dis plus jamais non
Et plus mon coeur sous X (….)
Dieu mon Dieu que c'est long
Tout pas tout dit, ode à la vie, la mort compose
Tout pas tout dit, si la vie est gaie tout va à l'eau, oh oh
Oh bateau ivre et joie de vivre me fait défaut


N’est elle pas alors cette chanson une ironie du sort, de la vie ,de l’ère du temps

ou bien une résonnance dans l’ Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu
Quand vous dites « oui », que ce soit un Oui, quand vous dites « non »', que ce soit un Non. Tout ce qui est en plus vient du mauvais."

Comme les disciples s'étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : […] " Lorsque tu vas présenter ton offrande sur l'autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse ton offrande là, devant l'autel, va d'abord te réconcilier avec ton frère et ensuite viens présenter ton offrande. […]
 
Ou simplement que tout dans notre vie dépend de nos choix : oui / non"

Mylène Farmer Oui mais... Non Clip

Certains ont vu en Mylène la reine d'une tribu voire même d'une secte ce que suggèrent particulièrement les scènes dans lesquelles les danseurs semblent se prosterner devant elle alors installée telle une souveraine sur son trône.


Cerains voient une référence à la culture nippone, d''autres à l'égyptologie.
Mylène serait une déeese égyptienne. Ce qui ne nous semblait qu'un vaste hangar serait en fait le naos du temple.



Beaucoup ont noté la qualité de la chorégraphie exécutée à la perfection par les danseurs profitant  pour souligner la diversité physique de ces danseuses / danseurs comme déjà dans le clip Dégénération nous faisant échapper aux clichés des corps musclés, imberbes et "body-huilés".


Un clip différent ? Mylène l'a dit: "Changeons d'époque".
Quelle époque ? Celle du toc ?



Certains ont appréhendé un possible doute chez Mylène, une remise en question. (selon docteurDegrace)
Dans le clip, quand elle est allongée sur la table sous les néons, cela pourrait illustrer  les paroles « quand nuit meurt, allongée sur le dos » ou « mon corps sous X (rayons X ?)».
De plus, les mouvements qu’elle fait à ce moment sont certes supposés sensuels, mais quelque part, c’est comme si elle se tordait de souffrance. Le clip  serait une sorte d’introspection où Mylène se parlerait à elle-même, les impératifs « dis-moi » seraient des invectives qu’elle se lancerait à elle-même, une hésitation entre continuer comme avant ou changer de cap musical et artistique.
D’où, « l’aube est morose » (aube = fin de la nuit/l’ancien, et début de la journée/le nouveau), l’effet stroboscopique de certains passages du clip (hésitation entre noir/ancien et blanc/nouveauté), le mélange costumes noirs et blancs, les ralentis…(et peut-être le titre Bleu/Noir ?)
 Ainsi, le poing qui brise la glace dans le clip serait une métaphore de cette velléité de changer de cap, tout comme le liquide laiteux (lait=maternité=renouveau).
D’ailleurs, le fait que les danseurs soient d’abord statiques, puis en mouvement dans la poussière, puis en relation avec des matières fluides (tissu, liquide…) pourrait illustrer ça: "au diable l’ancien poussiéreux, et bonjour au renouveau."
Dans le poème « Zone », Apollinaire décrit une zone industrielle (cf. l‘espèce d’entrepôt dans le clip ?) , et affirme qu’il est las du monde ancien et est en quête de modernité : comme Mylène qui clame qu’elle veut changer d’époque, de style ? tout en faisant référence à d’anciens clips (terre et mouvements tauromachiques de "Sans logique", personnages se mouvant dans un liquide de "A quoi je sers", le jeu avec les tissus de "L’Ame-stram-gram",…)



Autres références potentielles (selon EiffelNord)
- animation/manga de Go Nagai (Goldorak & Chérie Miel) : Devilman (les hommes ressemblent à Siren)
- animation/manga de Clamp (X & Tsubasa Reservoir Chronicles) : SM gothique chic entre croix et bandes de tissus
- film "The Cell" : les looks des femmes et des hommes rappellent ceux de l'héroïne et du psychopathe
- clip "Solaar pleure" de MC Solaar : monstres-bêtes humaines dans un décor glacé entourant le chanteur
- clip "Bad Romance" de Lady Gaga : fond, forme et couleur blanche... décalque où LA bête remplace LE robot ?

Possible référence également au clip de Björk, "All is full of love" (néons, étincelles, lait).


Intéressant aussi de rechercher des références dans l'oeuvre passée de Mylène (selon EiffelNord):
- l'esthétique léchée à l'extrême, les ralentis, la chorégraphie exécutée par les danseurs seuls autour d'une Mylène plus stattique mais non moins dominatrice rappellent le clip Dégénération
- la religion via la croix, des démons et un enfer-paradis-purgatoire renvoient à Je te rends ton amour
- la statture assise sur un fauteuil exécutant des mouvements de bras stylisés rappellent les tableaux de Libertine pour le Tour 1996 ou Dégénération sur le Tour 2009
- allongée, en noir, la tête à droite (pochette de l'album Avant que l'ombre...) sur un socle, scrutée et sur-éclairée (Dégénération)
- gesticulations d'hommes dans une "sexy" et fluide matière organique blanche (L'Instant X)
- des hommes blafards (dans quasiment tous ses clips) et des sous-vêtements neutres (Dégénération)
+ les références citées plus haut.


Encore probablement beaucoup d'éléments à découvrir.
Et peut-être Mylène s'exprimera-t-elle un jour sur le sens de la chanson ou du clip car, elle seule sait vraiment...



merci à ceux déjà cités: Hugues Royer, EiffelNord, ikkyusan, docteurDegrace du forum
mais aussi à Jordan et à Lou



Pages : 1055 1056 1057 1058 1059   [1060]   1061 1062 1063 1064 1065

Un anonyme

le 22/10/14 à 02:17
0
Les femmes dans ce clip sont surtout un très gros clin d'oeil à la poétesse américaine Emily Dickinson qui compte parmi les source d'inspirations de Mylène, les plus curieux iront voir à quoi elle ressemble et les similitudes sont plus que flagrante, même la vie de cette écrivain qui est resté enfermé chez elle, très discrète et d'une timidité maladive presque. Bref, Mylène s'inspire de bien trop d'artiste d'écrivain ou de philosophe, les mentionner ou réutiliser leur oeuvres est une façon à elle de leur rendre hommage( surtout que la plus part sont décédés et parfois depuis bien longtemps ). Tout ça pour dire que la très grande variété de ses influences ou inspirations, quand on lit ses textes qui sont chargés de symboles il est difficile de se dire qu'un clip de Mylène ne soit que juste esthétique.Que l'esthétisme soit un thème abordé oui mais de l'art pour l'art définitivement non.
De plus je rajouterais qu'un analyse visuelle est très aléatoire car dépend de la culture générale de celui qui voit ( et apparemment chacun y voit un peu ce qu'il veut ) la façon la plus juste d'interprété serait de faire une comparaison avec ses clips précédents et les thèmes abordés dans ses chansons.
Dernier point je serais tenter de dire que ce clip particulièrement peut effectivement rapeler Bad romance de lady gaga pour l'unique et simple raison que ces deux clips sont produit par la même personne Red-one.
PS: je n'ai que survolé les 153 commentaires qui précèdent le mien donc si j'ai enfoncé des portes déjà ouvertes ce n'est pas voulu.
Un membre du site le 05/06/14 à 15:50
0
le clip représente une cérémonie occulte ,mylene la prêtresse voila

Un anonyme

le 06/03/14 à 13:28
0
Les deux analyses me semblent pertinentes, surtout la deuxième est intéressante.
Moi, ma compréhension des paroles s'approche de la première analyse, sauf que je ne vois pas la séduction entre les hommes et les femmes, mais entre Mylène et son public. Je l'ai toujours compris comme une espèce d'excuse envers ceux qui se détourne d'elle sous prétexte qu'elle se ''modernise'', comme si elle-même n'assumait pas complètement cette évolution. J'ai l'impression qu'elle nous incite à la fois de ne pas tout lui pardonner si on estime qu'elle part dans une ''mauvaise direction'' artistique, tout en réclamant quand même notre approbation, d'où le ''dis-moi oui...mais non''. Mais ce n'est que mon interprétation, bien sûr.
Un membre du site le 02/03/12 à 08:23
0
Nous sommes sur le paradis et oui il est temps de sortir de l'ère du toc. Un monde d'orgueil qui sombre, le bateau ivre coule enfin. Ni dieux ni maître seul l'Amour.

Un anonyme

le 09/11/11 à 08:45
0
Hey, that's pweofrul. Thanks for the news.
 

MF 24/7

MYLENE A 17H50 SUR TF1 !
50mn Inside
Chart dvd
Commandes expédiées

rechercher

Duel singles

Voter
1996
Comme j'ai mal
Voter
2011
Bleu Noir

Résultat du vote

66%
34%

Dernières photos

Mylène Farmer - Tournage du clip Libertine - Photographe : Eric Caro - 1986 Mylène Farmer - Photographe Andre Rau - 1994Mylène Farmer - Tournage du clip Libertine - Photographe : Eric Caro - 1986 Mylène Farmer - Stars 90 - TF1 - 09 septembre 1991Mylène Farmer - Clip L'Instant X - Novembre 1995 - Photographe : Claude GassianMylène Farmer et une amie - Studios photos Pin Up, Paris

Dernières vidéos

Les 30 ans du Top 50 - M6

ajouté le 28/10/2014

Dessin animé - 30 ans de carrière

ajouté le 07/09/2014

Hervé Lewis parle de Mylène Farmer - Cherie 25

ajouté le 25/08/2014

Backdrop Timeless 2013 - Slipping away / Crier la vie

ajouté le 21/08/2014

Backdrop Timeless 2013 - Oui mais... Non

ajouté le 14/08/2014

Nagui - France 2

ajouté le 10/08/2014

Dernière presse

VSD - 13 novembre 2014
Maxi - 04 août 2014
Côté France - Septembre Octobre 2014

memento