Newsletter

Les brèves

Egon Schiele - Le film
N'oubliez pas les paroles
Incident In A Ghost Land
PHOTOS
PHOTOS
IIAGL bientôt terminé... pa...

Mylène Farmer - Tour 2009 - Concert du 16 mai 2009 / Zénith de Toulouse



Infos, anecdotes & les mots de Mylène

Neuvième date du Tour 2009. Deuxième des quatre concerts au Zénith de Toulouse.
9 000 spectateurs (complet).

Ambiance plus explosive que la veille.

Reprises avec le public de L'Âme-Stram-Gram (un refrain), Rêver (deux refrains), Sans contrefaçon (deux refrains) et Désenchantée (trois refrains). Pour XXL, une mini reprise avec une partie du refrain seulement.

Petit problème de voix sur le dernier refrain de Nous souviendrons nous, Mylène ayant des difficultés à terminer la chanson.

Nouveau problème de voix sur Rêver, pendant le deuxième couplet. Mylène s'en est excusée ("J'ai un problème. Pardon"), le public a chanté pour elle le temps qu'elle retrouve très vite sa voix. Ce problème aurait été secondaire à l'émotion mais aussi à une climatisation excessive dans la salle lors du concert de la veille.
 


Mylène a dit

À la fin de L'ÂmeStram-Gram : "Merci beaucoup ! Bonsoir. Vous allez bien ? Vous reprenez avec moi ?"

À la fin de Nous souviendrons nous : "Avec certitude, je me souviendrai de vous. Certitude. Merci".
 

À la fin de Rêver, alors qu'Yvan joue quelques notes au piano, Mylène s'est un peu avancée et a dit : "Merci à vous. Je n'y suis pour rien. Tous ces moments merveilleux, je vous les dois, pendant toutes ces années, ces nombreuses années."

Puis, très émue avant de débuter Ainsi soit je... : "Il faudra m'aider sur celle-ci".
 

Avant de reprendre Désenchantée avec le public : "Vous avez chaud ? (...) Vous reprenez avec moi ? Vous commencez ?"
 


Médias

La Presse



Photos de fans

Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan  Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan   Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan  Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan   Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan  Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan   Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan  Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan   Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan 

Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan  Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan  Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan   Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan  Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan   Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan 

Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan  Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan  Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan   Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan  Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan   Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan  Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan   Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan  Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan   Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan  Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan   Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan  Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan   Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan  Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan  

Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan  Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan   Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan  Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan   Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan  Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan  

Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan  Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan   Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan  Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan   Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan  Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan   Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan  Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan   Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan 

Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan  Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan  Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan   Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan  Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan   Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan  Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan   Tour 2009 - Zénith de Toulouse - 16 mai 2009 - Photo Fan    



Vidéos de fans

Introduction (Vale Goth)
Introduction (Seve8624)
À quoi je sers... (HD) (Cparsifal)
XXL (P3X966)
Point de suture (P3X966)
Nous souviendrons nous (HD) (Cparsifal)
Dégénération (P3X966)
C'est dans l'air (Seve8624)
Si j'avais au moins... (HD) (Cparsifal)
Bonus - Sortie de Mylène de son hôtel (stephane ai)



Récits & Critiques de fans

"Bon je commence
Départ de Bordeaux vers 14h avec ma soeur qui est enceinte de 6 mois.
Arrivée à l'hotel vers 17h (hé oui repos pour se mettre en forme)
Arrivée au zénith vers 19h (le parking a peine remplis donc placé pas trop loin), par contre la queue est impressionnante.
On patiente et vers 8h15 on se présente à l'entrée sans faire la queue et une gentille dame nous laisse passer. (sinon ma soeur n'aurait pas tenu le coups) Merci à vous.
On rentre dans la salle et la on découvre qu'on est super bien placées (environ 10m de la régie). Il fait super chaud (heureusement il y a les éventails). Je garde un oeuil sur la régie pour tenter de voir M. Boutonnat mais on aperçoit Thierry Suc et Benoît Di Sabatino.
9h20 c'est parti : je ne reviendrai pas sur le déroulement (oeil etc...)

Points positifs :
mylène a assurée un max comme d'hab.
Detendue et souriante voix posée, proche du public transpirante
scénographie, son, lumiére, effets visuels excellents ça envoie grave
reorchestration des morceaux réussie
emotion
costumes magnifiques
les symboliques du spectacle
ces propos : sur Ainsi soit je, Mylène s'excuse "Je n'y arriverai pas" et a poursuivi la chanson jusqu'à sa fin. A la fin de Nous souviendrons nous: "Tous ces moments merveilleux, toutes ces années, depuis tant d'années, je vous en remercie".


Ponts négatifs :
J'ai pas vu passer le concert!!!!!!!!!!!!!!!!
Déçu du public toulousain, ambiance a eu du mal à monter, fosse molle. Devant nous une fille ne sait jamais lever durant le concert pendant que son mec regarder le concert à travers son portable)
Le gars qui n'arrêtais pas de descendre et de monter l'escalier pour interdire les photos.
Elle n'a fait monter personne sur la scène
Le générique pour les danseurs et musiciens.
Manque Tristana dans la setlist (juste aprés à quoi je sers....)

A Quand le DVDDDDDDDDDDDDDDDDDDDD
Vivement le 12-09.

Merci à vous pour votre travail de collecte.
(Biketon - concert du 16 mai)


"Arrivée la veille vers 19h, je discute avec des gens et quelques fans déjà sur place, et de fil en aiguille un mec me DONNE une place en fosse pour le 15 une heure apres le commencement du concert! moi j'y vais, j'ai eu l'occaz gratuitement d'aller au concert en fosse! bien entendu j'etais au dernier rang je suis arrivée sur PQSD! voilou apres bon je suis resortie et j'ai achete du merchandising!
Donc je sors du zénith et une demie heure apres c'etait fini, tout le monde sort. Nous on se pose avec nos tentes devant l'entrée du zénith et on était pas les seuls à dormir devant, une dizaine de tentes minimum je pense! je me reveille vers 9h, j'ouvre la tente et là le monde!!!!!! impressionnant!
bref nous on était aux barrières, donc le pied!
arrive 19h, l'ouverture des grille le groos stress de ouf!!! puis évidement la course infernale direction les BARRIERES!!!!!!!!!!!!!!!!!!! loool
BCP DE MAL A FOUTRE L'AMBIANCE LES TOULOUSAINS!!! mais...
une fois le concert commence, enfin les 1eres images de l'oeil et tout, l'ambiance etait là!

On à fait une de ces ovations à Mylène durant tout le concert (elle m'a regarde 3 fois  ) sur Désenchantée je vous dis meme pas!! elle nous a fait reprendre 5 FOIS le refrain! et elle a rigole, car la 1ere fois qu'elle nous à fait reprendre, quand ya le "tion" de "génération" tout le monde à levé la main en meme tps!
Sur NSN on arretait pas de lui dire qu'on l'oubliera jamais, et arretait pas de lui crier des je t'aiiiime et des merciiii! et là elle a dit "c'est à moi de vous remercier, moi j'y suis pour rien",

Anecdotes:
-1ere chose à dire: ambiance de gros ouf ça à tout pété (c'etait mieux qu'à clermont le 6!)

-les ecrans étaient toujours pas réparés car ils marchaient une fois sur 2...

-XXL: elle nous l'a fait reprendre, et ça chante dur! elle est trooop contente, grand sourire etc...

-NSN: émotion, émotion, émotion... j'arretais pas de pleurer! et c'est là qu'on lui hurlait des phrases, comme "on t'oubliera jamais", "on se souviendra de toi" des truks comme ça quoi! elle etait TRES emue, et à répondue "merci je vous aime!" et elle pleure

-Rêver: elle pleure encore, regarde Yvan pour lui dire de continuer un peu le piano avant de commencer... on chante tous ensemble, elle s'arrete de chanter de tps en tps pour nous ecouter, elle pleure encore... elle nous fait reprendre tous en choeur! tout le zénith chante, les gradins aussi! elle prend une rose d'un(e) fan, et le/la fixe pendant 5 bonne seconde! ça l'a touchée grave, elle nous écoute chanter encore
elle pose la fleur sur le piano, et va direction les escalier boire, puis revient.

-ASJ: elle dit "j'ai un problème, faut que vous m'aidiez à la chanter" tout le monde évidement cri OUIIIIIIIIII, chose que l'on fait^^ et c'est la que nous lui crions "merci" à la place de "tant pis" comme le live 96, et elle dit "c'est moi qui vous remercie, je n'y suis pour rien" elle pleure

-Libertine, les danseurs partent à la fin de la chanson, alors qu'elle voulait nous faire reprendre, du coup elle se retourne et leur dit "non non non non" mais partent quand meme du coup elle nous fait reprendre toute seule

-Dégénération, ambiance de gros ouf tout le monde chante le plus fort qu'il peut, c'est magique!!!

-Désenchantée: la fosse entière saute, saute, saute et resaute! truc de ouf! elle nous fait reprendre 5 FOIS la chanson, elle rigole quand on fait le "tion" de "génération" avec tous les mains en l'air!

-C'est dans l'air: zénith toujours au taquet (j'ai cru que j'allais mourrir là tellement qu'il faisait chaud) les "c'est laid!" sont hurles! Mylène est rayonnante de bonheur, on saute encore!

-SJAM: Mylène chante au milieu de la scène puis se rapproche vers l'avancée, chose qu'elle n'a jamais faite auparavant d'apres ce qu'on ma dit... (d'ailleur il y à eu un problème de fumée, trop de fumée arrivée d'un coup on croyait que y'avait le feu lol) puis elle part et se retourne 2 fois dans les escaliers!
(~ PtitE MyMy ~ - Concert du 16 mai)


"Alors moua je suis allée au concert du samedi 16 et c'était... Génialissime!!!

Mon premier concert de Mylène et ce moment restera à jamais gravé dans ma petite tête, ce la doit faire une dizaine d'années que
j'attendais ce moment en regardant les DVD de ces concerts et en enviant les gens..
Je vous raconte donc cette extrait de vie en espérant que ça vous intéresse!
Bref, j'y suis allée avec une copine à moua, qui elle avait fait la veille dans les gradins, nous avions des places dans la fosse et en fans hystériques que nous sommes nous nous devions d'arriver tôt pour assurer les premiers rangs!!
Elle, étant sur place, s'est posée devant le zénith vers 6h du matin, en passant par un petit trou du grillage et il y avait déjà quelques personnes.. je suis arrivée vers 9h et nous avons passé la journée à attendre mais ce fut une attente agréable...
Grand ciel bleu avec un beau soleil (peut-être même un peu trop chaud..), rencontre avec des gens sympas (malheureusement perdus après notre entrée dans la salle.. Sébastien, Fanny, Sophie si vous êtes ici faites un signe!!!), petit pique-nique tranquillou, bref une très bonne journée.. les monsieurs vendaurs de produits Mylène s'installent dans l'aprem sur le parking, ça fait de l'animation, je reste raisonnable et me laisse tenter par le petit pendentif seulement.. (j'ai adoré le gode sextonik quand même!)

Les heures passent, alternant moments de lassitude, occupation, stress, envie de voir Mylène, et arive 18h.. la tension monte d'un cran!
18h45 environ, ouverture des portes, cooouuurrrrssss et asiiiiiisss tooouuuaaaaa!!!
Après une course folle nous voilà rendues au 2ème rang, pratiquement au miieu!! Mon dieu c'est trop beau pour être vrai, je peux toucher la barrière et voir la scène de trèèèèss près! C'est magnifique!
Rencontre de nouveaux gens qui seront nos compagnons de concert, l'ambiance est toujours très sympathique et amicale (les fans de Mylène sont des gens bien!!!)..
21h envion.. bon là ça y est, c'est bientôt parti, l'ambiance monte d'un cran, la fosse lance des trucs mais les gradins sont un peu mous!
21h20 ou un peu plus... C'EST PARTI!!!!!!!!
Un gros noeil sur l'écran du bruit, le ceour qui bat très fort et la tête qui réalise pas où le corps est à l'heure actuelle!!

C'est parti... Musique, je n'y crois pas mes yeux et ces derniers ne clignent pas d'ailleurs.. Soudain la lumière révèle un corps.. MON DIEU C'EST MYLEEEEEENNNNEEEEE!!!!
Hystérie un peu partout autour mais je ne suis pas mieux, quelques petites larmes au yeux et c'est parti!
Elle s'approche, elle chante, elle bouge, oui Mylène existe vraiment, ça y est, je le constate!!!!
Les chansons s'enchaînent, l'ambiance est énorme, tout le monde chante, crie, danse, c'est la fiesta!
Malgré les quelques appréhensions que j'ai pu avoir concernant les chansons du dernier album (que j'apprécie moins que le reste de ces albums), je trouve que ces dernières passent très bien!!
Le décor également est magnifique, ces 2 grandes statues, ces nombreux mannequins, les couleurs, l'escalier l'ensemble est vraiment joli!!
Bon petite interlude, je mets la set-list pour pouvoir raconter un peu dans l'ordre, comme ça je l'ai sous les yeux, vous aussi, tout va bien :

Introduction / Paradis Inanimé : Pas capté grand chose à la chanson, je me dis simplement que j'ai Mylène à 3m de moua et tente de me convaincre que c'est vrai, étant donné que la chanson bouge bien, il y a vraiment une bonne ambiance..
Je m'attache aussi à un détail étrange.. ses dents! Explication quand même.. j'ai toujours trouvé le sourire de Mylène particulièrement craquant et cela est du en parti à sa dentition que je trouve particulièrement ésthétique (oui je sais je fais une fixette dentaire, c'est bizarre), toujours est-il qu'en voyant son sourire (et donc ses dents) j'ai eu comme un flash, un déclic qui m'a fait me dire 'oui oui c'est bien Mylène que tu as devant toua, pas de doute'!!


L'Âme-Stram-Gram : Maintenant le choc de la vue de Mylène passé, je peux rentrer dans le concert et apprécier ce que je vois/entends..
Ca me fait plaiz d'entendre une chanson de mon album fétiche, toujours aussi agréable!

Je m'ennuie : Aimant moins la chanson, je m'accorde une pause et décroche mon regard de Mylène (il était temps oui je sais) pour l'attacher au reste.. musiciens/décors/danseurs!
Déception de pas voir Abraham à la batterie mais ils ont l'air de gérer l'oreiller donc ça va!
Coup de coeur pour le petit danseur trop choupi dont je ne connais pas le nom mais je pense que ce qui l'ont vu savent de qui je parle : le petit brun aux yeux bleus à la tête d'ado, il a vraiment une trop bonne tête ce gars!!!

Appelle mon numéro : Ma chanson délire, le refrain me fait déjà triper sur CD mais alors là énorme.. huhu!
Les éclairages/numéros/mannequins mis en valeur sont particulièrement jolis!

XXL : Hystérie général dès l'intro, c'est vraiment un chanson qui pêtent en live même si tout le monde chante très faux sur le refrain..

A quoi je sers... : Grosse surprise, étant restée dans le flou total concernant tous les détails de ce concert, je suis ravie à l'entente de l'intro à la guitare de voir que cette chanson fait partie de la setlist!
Je retrouve la Mylène des débuts que j'aime, avec un petit regard comme perturbé!

Pourvu qu'elles soient douces : Un de mes moments préférés du concert, l'instru pête vraiment, la chanson est géniale et génialement interprétée (comme d'hab), Mylène est tout simplement rayonnante, je dois quand même avouer avoir eu du mal à me concentrer avec cette mini jupe (et la choré qui va bien...), mon regard est resté plutot fixe pendant ce moment du concert...

Point de suture : Le moment calme du concert est arrivée, très joli moment, Mylène a râté une marche mais est restée très pro, c'était vraiment mignon!

Nous souviendrons nous : Fiiiioooouuu! La chanson qui veut tout dire, gros gros moment d'émotion, ma pote se met à chialer, j'ai de petites larmes tout de même en pensant à la signification de tout ça..

Rêver : On continue dans l'émotion, Mylène est très touchante, et je sais pas si c'est le fait d'y être plutôt que de voir le DVD mais je la trouve criante de sincérité (petit cramage de doigt avec le briquet Bic, c'est dur de vouloir mettre l'ambiance feu..)

Ainsi soit je... : 'Sur celle là, je vais avoir besoin d'aide' nous dit Mylène, bien sur nous sommes tous là, encore un beau moment!!
Ces 4 chansons étaient vraiment pleines d'émotion mais moua elle m'a tué au moment du 'Vous allez me manquez', m'enfoncant encore pluss dans le sentiment ressenti sur 'Nous souviendrons nous' mais je reste forte et ne pleure pas!

Libertine : C'est reparti pour un tour, Mylène s'est changée ne pleure plus!!! Très jolie tenue d'ailleurs!
Ceci sera également un des mes moments préférés, je sais pas pourquoi mais je trouve que la chanson pête comme jamais (je pense que c'est du à la batterie durant le couplet.. j'adore!)
Voilà donc transe durant toute la chanson, on est à fond, 'Mylèèèèène!!'... On chante/danse, rien ne nous arrête!
Petit détail magique : j'ai (bon peut-être pas moua spécialement mais mon secteur, enfin tant pis je me dis que c'était pour moua) eu un regard de Mylène!!!!! et pas sur n'importe quelle phrase, sur 'je suis une catin'!!!

Sans contrefaçon : Je ne sors pas de mon état hystérique.. tout le monde est dans le même état que moua.. génailissime!!!

Je te rends ton amour : Alors là!!!! Gros gros choc!!!
C'est ma chanson préférée de chez préférée de Mylène, l'ultime et je ne pensais pas la voir ce soir!
J'ai adoré le petit sourire de ma pote, quand elle m'a vu réagir au quart de tour dès le premier Sib de l'intro, car elle savait que c'était ma chanson mais avait bien gardé le secret pour que j'ai la surprise..
Bref là j'ai vraiment pas cligné des yeux et mon regard ne s'est pas posé autre part que sur Mylène pendant les 5min de la chanson!!
Enfin magnifique moment!!!

Dégénération : C'est reparti, dès l'intro tout le monde est lancé.. je crois d'ailleurs que c'est là qu'il y a eu le petit faisceau de lumière verte ou on peut passer les mains dedans, vraiment splendide la vue de la scène avec ce truc, et puis les danseurs qui passent un coup dessu un coup dessous, pas mal!
La chanson commence, 'whaa elle le prend à l'octave, bizarre.. ah nan en fait c'est pas mal, sa voix est belle sur cette chanson je trouve, je sais pas trop pourquoi..'
Super sexy la Mylène sur sa blatte, j'adore quand elle fait le 'ah ah ah ahahah' (j'espère que vous situez..) et le 'chais pas moi mais faut qu'ça bouge!'

Désenchantée : Encore un grand moment, normal tube oblige.. Chanson superbe, reprise avec le public qui déchire!
Parfait quoi!

C'est dans l'air : Comme je le disais j'aime pas trop trop les dernières chansons mais là c'était funky quand même, le public qui crie 'c'est laaaiiddd' c'est rigolo! Mylène toujours au top rien à redire..

Elle s'en est allée, ça sent le final...

Si j'avais au moins... : Dans le mille.. ça sent le roussi..
Mylène arrive dans la belle robe blanche, très sobre et nous chante sa dernière chanson, j'ai le coeur qui se serre en pensant que c'est déjà fini et qu'elle va pas tardé à se retournée..
Ca y est, elle se retourne, s'en va.. c'est la fin, l'escalier s'ouvre et notre Mylène nous quitte.. je sais pas trop comment ce phénomène s'est produit mais quand j'ai capté qu'elle partait, genre le moment ou on voyait plus qu'à peine l'arrière de sa tête, les larmes sont montées d'un coup sans que je vois rien venir..
Blam! Tout s'éteint et se tait.. je pleure et je ne sais pas trop trop pourquoi.. Quand j'ouvre les yeux je vois la scène vide et je comprend que c'est vraiment fini, quand je ferme les yeux je revois tout le concert défilé et me dit également que c'est la fin, j'entraîne au passage ma pote dans les pleurs alors qu'elle croyait en avoir fini...

Nous sortons dans les dernières, traversant cette salle vide, pourtant si pleine et vivante il y a quelques minutes seulement.. nous sortons et prenons un bol d'air frais, ça fait du bien quand même, je me retourne, c'est fini, ton rêve s'est réalisé, c'est court finalement et Dieu que ça passe vite...

Voilà donc, un des meilleurs moments de ma vie (c'est un peu con à dire et ça fait un peu fanatique mais bon), j'ai enfin vu Mylène en concert, ce souhait qui me suivaient depuis tant d'années.. à force de l'écouter, la regarder, elle était presque devenue autre chose que réelle, la voir m'a fait du bien et à recadrer les choses!

Je garde en tête seulement de bons souvenirs, du matin jusqu'au soir.. rencontre de gens vraiment gentils, et concert énorme!

Pleins de petis trucs comme son arrivée, les petits 'moi aussi' tout mignons qu'elle répondait à nos 'on t'aiiiimmmeeeee', son beau sourire et son encore plus beau regard, sa voix, le petit rattage de marche, la mini jupe qui m'a perturbé, le ptit moment trop mignon où elle fait mine de marcher sur un fil.. Bref pleins de petits moments qui me font me dire que Mylène c'est Mylène quoi!
J'ai d'ailleurs encore du mal me dire qu'il y a 2 jours elle était là devant moua!

Voilà elle assure vraiment et nous a offert un beau spectacle, l'attente valait donc très certainement le coup!

Mylène Farmer est un véritable artiste, qui sait donner du rêve et nous faire vibrer, je l'ai surement suffisamment crier mais tant pis,

je recommence 'Mylène je t'aime, merci pour tout!', je peux le dire pour de vrai maintenant car je l'ai vu des mes yeux vu, Mylène est belle, sexy, chante, bien, a la pêche et puis voilà quoi, c'est la meilleure est puis NA!

Merci à ce qui m'ont lu de l'avoir fait, j'apporte donc mon humble témoignage ici.. '
(telecaster_girl - Concert du 16 mai)


"J'me lance pour vous raconter le concert du 16 mai ! 
Après le concert du vendredi (que j'ai vu en gradins) je suis allée dormir dans la voiture... enfin somnoler pendant 4 heures disons plutôt ! Je me réveille toutes les heures, guette les 5h pour commencer à aller rejoindre le zénith. Me voilà devant à 6h, je m'adresse au vigile de garde pour lui demander par où rentrer : il ne savait pas, l'accès à l'enceinte du parking était fermée. Je suis donc passée par un grillage arraché et hop je rejoins les fans qui avaient dormi devant la salle. Environ huit tentes sont plantées, des filles dorment à même le bitume sur une couverture couvertes d'une couette. Je me réveille doucement, je réalise que j'y suis. Le jour que j'attends depuis un an est là. En attendant Julie qui doit me rejoindre je discute avec Sébastien & Fanny, chacun fait ses petites occupations. Livre, i-pod, sms, une clope. Bref. Quelque chose qui réchauffe et qui fait passer le temps. Il fait très froid jusqu'à environ 8h mais je sens que le soleil sera là aujourd'hui. Et comment ! Lorsque le soleil s'est levé et qu'il a poussé l'ombre pour prendre place, il faisait une chaleur qui donnait un très bon avant goût de la température qu'il ferait dans la fosse.
9 heures. Julie arrive. Elle me rejoint et voilà que nous avons la journée devant nous pour rêver du concert qui nous attend, pour blablater, rire, se balader un peu, stresser & faire connaissance avec des fans.
La journée est longue mais agréable. Le temps est avec nous même s'il faisait très chaud ! Et puis l'ambiance est sympa. Plus la journée avance plus la tension monte. Arrive 17h. 18h. Alors là ça y est on trépigne. On se prépare à démarrer au quart de tour lorsque les grilles vont ouvrir. Sac ouvert pour la fouille, tendre le billet et courir. Courir. COURIR.

Au moment de l'entrée dans la salle en courant j'ai eu l'image des fans que l'ont voit courir dans les DVD. Brève réflexion qui me portait à sourire en se disant que là c'était nous.
Nous voilà devant la scène, à peine une rangée de gens devant nous, on peut toucher la barrière. Je réalise pas. Excitation. Nervosité. Hystérie ? En tout cas du grand Bonheur avec une majuscule. Ma copine et moi échangeons des sourires, même pas besoin de parler ^^ et puis se dire que ce n'est pas un rêve, on est tout près de l'endroit où Mylène sera dans deux heures.
L'ambiance est bonne dans la fosse mais un peu longue à démarrer dans les gradins. Qu'à cela ne tienne, lorsque les gradins se sont mis à faire la hola avec la fosse c'était magnifique !!! ( beaucoup mieux que la vieille). La tension monte encore d'un cran, le public frappe de plus en plus fort dans les mains et commence à appeler Mylène qui se fait attendre jusqu'à 21h30.

Tout à coup une musique retentit, l'écran s'illumine. Ca commence.

Introduction / Paradis Inanimé : Le coeur qui bat à 200km/h, noir complet dans la salle, la vue submergée par l'écran qui diffuse des images époustouflantes et très prenantes. Le son prend aux tripes, je profite de chaque seconde, yeux rivés sur les images d'Alain Escalle. Impressionnant. Apparaît par moment brièvement un crâne, un squelette qui tourne de façon désarticulée et mystique. Les notes de Paradis inanimé retentissent, Mylène apparaît telle une silhouette dans la lumière orangée. Perchée en haut de l'escalier elle sourit. Descend les marches gracieusement habillée de ce costume spécial mais je trouve superbe !
Ca y est Mylène est au bord de la scène à trois mètres de nous, je souris, la bouche grand ouverte, elle chante et nous aussi. Le public hurle.

L'Âme-Stram-Gram : Moment que j'adore du concert, Mylène commence une chorégraphie dynamique, synchro avec ses deux danseuses qui l'entourent. Sourire radieux en montrant toutes ses belles dents (oui j'avoue je craque aussi pour son sourire et sa dentition en fait!) C'est LA classe. Elle invite le public à dire la suite de "Âme-stram-gram" : "Pique d'âme !" Je réalise que Mylène est VRAIMENT une pro, elle contrôle parfaitement sa voix, pas une fausse note.

Je m'ennuie : Début tonique qui donne envie de bouger et c'est en effet à cette chanson aussi que j'ai commencé à regarder de près les décors, les détails auxquels on fait moins attention.

Appelle mon numéro : Mylène arrive avec une nouvelle tenue, la rouge que j'adore ! Elle lui va à merveille. Elle fait des vas et viens de droite à gauche de la scène, et c'est sur cette chanson qu'elle simule une fellation au guitariste 

XXL : Le public crie de tous ses poumons, ça déménage graaave ! Dans la fosse, on danse, on saute, on chante, on est à fond ! J'admire Mylène, n'y croyant toujours pas qu'elle était si près. Petit détail personnel mais j'aime quand elle chante en fermant les yeux en criant 'on veut de l'amour "XXLLLLL" ' ...

A quoi je sers... : Très heureuse qu'elle ai chanté cette chanson du début de sa carrière, je l'aime beaucoup. Mylène est assise sur l'escalier toujours avec sa tenue rouge. Concentrée, voix sublime, la guitare sur ce morceau est particulièrement jolie je trouve.

Pourvu qu'elles soient douces : Alors là moment de KIFFAGE intense, intro sexy, Mylène descend l'escalier en faisant ses mouvements sensuels comme elle sait le faire ;D accompagnée de ses deux danseuses. elles enchaînent la choré, le public s'éclate !

Point de suture : Premier moment calme du concert... J'aime beaucoup cette chanson à l'origine mais alors en live waouh ! L'écran géant s'illumine et diffuse des images de corps écorchés qui s'enlacent et ont l'air de souffrir. Mylène habillée de sa robe bleue s'avance peu à peu. Le public applaudit de plus en plus fort.

Nous souviendrons nous : Ouai bon JE DIRAI RIEN... Non je plaisante. En fait bah j'ai chialé comme pas possible, obligée à un moment de baisser la tête, ne plus regarder la scène ni Mylène pour aller pleurer sur l'épaule de Julie... Emotion. Emotion. Emotion. La j'ai les tripes tordues dans tous les sens, le ventre en bouillie, le coeur arraché... L'explosion en sanglots était sur "Aux vies qui s'abaissent à voir la mienne je sais, qu'il me faudra prendre congés d'elle un jour ou l'autre..." autrement dit le début de la chanson... Inconsolable, en plus lorsque que je relève la tête : Mylène a des larmes plein les joues, voilà qui ne m'a pas aidée... Bref, je pourrai écrire un livre sur ce moment, les sentiments envahissants. Pfiuuu... Je crois vraiment que c'est ma chanson coup de coeur du concert.

Rêver : Troisième chanson achevante, je commence à mourir là heon oh ! Je sors le briquet et brandis la flamme, histoire de m'empêcher de craquer à nouveau. Le public chante, cette masse humaine qui chante les même mots c'est... magnifique ( ouai j'ai pas trouvé mieux comme mot =/ ). Mylène laisse le public chanter et ferme les yeux. Enfin voilà, c'est Rêver quoi de toutes façons, c'est un peu l'hymne de Mylène...

Ainsi soit je... : Mylène nous demande de l'aider sur celle-ci. Tu m'étonnes ! Elle enchaîne quatre chansons tuantes au possible alors forcément ! Chanson divine qui a beaucoup de succès... A la fin de la chanson il y a un petit "interlude", morceau de piano d'Yvan Cassar que je trouve... Wah. * frissons * Et c'est à ce moment là que les deux squelettes géant se lèvent, bras pointé vers le ciel. C'est tout simplement divin.

Libertine : Hop hop hop sèche tes larmes et danse ! Changement brutal pour moi, j'ai accusé le coup en ne mettant pas vraiment dans l'ambiance de feu de Libertine encore traumatisée des chansons tristes précédentes ! Nouvelle tenue, nouveau visage tout sourire, amusement et pêche d'enfer. Le jeu d'échec qui tourne sur l'écran est superbe sur cette chanson !

Sans contrefaçon : Moment d'hystérie autant dans les gradins que dans la fosse je crois ! Qui ne la connaît pas... Eclatage géant sur celle-ci aussi =]

Je te rends ton amour : Chanson préférée de ma copine a qui je n'avais pas dit qu'elle la chanterait ! Petite sourire lancé en coin et hop regard posé sur Mylène a nouveau parce que j'avoue que j'aime énormément cette chanson aussi... Ambiance lumière rouge, Mylène déambule à un moment comme si elle marchait sur un fil et manquait de tomber... J'adore ce passage c'est... Rah. J'pas de mots là. Juste que ça me parle beaucoup voilà.

Dégénération : Faisceau lumineux vert qui recouvre la fosse, ambiance très spécifique à Farmer comme je les aime, vêtement noir. Debout sur un fauteuil géant en forme de scarabée, c'est envoutant. Un de mes moments favoris du concert aussi. Puis Mylène s'allonge sur le fauteuil façon Libertine 96 et chante et elle se rapproche ensuite de la scène où elle est surélevée sur une plate-forme ronde. Gestes sexy mode Farmer, on ne voit plus que sa silhouette baignée dans la lumière... C'est magique !

Désenchantée : Chanson inévitable de la discographie de Mylène, ambiance de folie. Elle la reprend au moins trois fois ( peut-être plus je ne me souviens plus ! ). en tout cas je me souviens avoir pensé tout en étant épuisée ' mais elle s'arrête plus ! :D ' C'était GENIAL ! Toute la salle en transe devant Mylène effectuant son éternelle chorégraphie universelle sur cette chanson.

C'est dans l'air : alors là après Désenchantée elle enchaîne sur LA bombe de son dernier album ! Chanson sublimement excentrique, j'adore ! Le public crie sur " C'est laid ! "
Le générique de présentation des danseurs a défilé sur l'écran, Mylène ne cesse de dire merci... En effet ça sent les aux revoir...

Si j'avais au moins... : Première notes de violon qui retentissent, Mylène apparaît dans sa robe longue blanche, tel un ange il faut le dire... Chanson émouvante qui perso me donne le cafard. J'aime beaucoup la musique notamment de la fin avec les guitares qui hurlent... et colle bien au final inoubliable... Mylène se retourne lentement, marche avec cette grâce qui m'épatera toujours... monte l'escalier environ jusqu'à moitié se retourne et lève le bras pour saluer le public, puis une trappe s'ouvre elle s'y engouffre avant de se retourner une dernière fois en disant au revoir et baisse le bras lentement au même rythme que la trappe se ferme doucement.

Le concert est fini. Je réalise. Je réalise pas, j'en sais rien, j'arrive pas à penser, je regarde les gens partir en restant collée à la barrière. Julie ma copine commence à pleurer, moi je ne pleure pas, c'est passé (j'ai assez pleuré comme ça pendant le concert!). Je regarde une nouvelle fois Julie qui plisse les yeux, la bouche tordue en pleurant et moi à ce moment je revois les images du concert défiler dans ma tête. EXPLOSION. Les larmes qui me submergent. Nous sortons, les gens qui nous regardent pleurer. Mais j'm'en fous. J'avais vécu un des plus beau jour de ma vie.

Deux heures que nous offre Mylène ça passe vite mais elle nous gâte toujours avec ses super shows... J'ai encore en tête les " Merci Mylène " , " Mylène on t'aime " , " On n'oubliera jamais " du public qui résonnent... Et ceux que j'ai crié aussi d'ailleurs... n'est-ce pas Ju' ? :]

Enfin voilà; week-end que je n'oublierai jamais, car ces deux heures ce sont aussi pleins de petits moment autour... L'attente etc"
(Met.ton.ame.de.lumiere - Concert du 16 mai)


"C'est harassée par la fatigue et avec sous la main un paquet de Fraises Tagada déjà à moitié vide que je commence ce récit.
A mes yeux, ce que je viens de vivre mériterait qu'on lui consacre un livre entier, mais je ne me sens pas assez loquace pour remporter ce défi.
J' essaierai donc simplement d'être au plus près de la réalité, et de n'omettre aucun détail, afin que dans ma mémoire et pour toujours, reste gravée cette journée, que je m'autorise être la dernière de ma vie s'il le faut.

Je ne sais par où commencer. Par ma découverte tardive de l'univers Farmerien? Par l'achat de ma place de concert?
Avant toute chose, je veux remercier Camille. Sans elle rien de tout ça n'aurai été possible.
Merci de m'avoir fait découvrir et apprécier Mylène. Merci de m'avoir offert un rêve, et la joie de pouvoir le réaliser.

Quelques semaines d'attente, et me voilà en possession da LA précieuse place de concert. 16 Mai 2009, 21h, Zenith de Toulouse, MYLENE FARMER. On est le 23 Mai 2008, et cela fait moins d'un an que j'ai rejoint le rang déjà impressionnant des fans de l'Ange Roux. Fan est un bien grand mot pour moi. Je ne me considère pas (encore) comme telle. Ce sera fantastique d'assister au concert, de voir la remarquable mise en scène qu'elle nous prépare, mais c'est surtout parce que c'est un immense événement que je suis anxieuse.
Lorsque le billet arrive, je ne peux cependant retenir un hurlement de joie.
Dans moins d'un an, je pourrai dire «J'y étais ».
Dans moins d'un an, je la verrai de mes yeux, sans écran interposé.
Je range soigneusement le morceau de papier glacé dans une enveloppe, elle-même au chaud dans un classeur où je conserve mes documents importants.

Les mois passent. Je compte distraitement le temps, mais il reste encore dix mois. Maintenant neuf. Cinq. Deux.
Par un – plus ou moins – heureux concours de circonstances, ma fac est bloquée, ce qui m'assure un décalage des partiels. Ils ne se dérouleront pas la semaine précédent le concert. Je jubile.

Un mois encore s'écoule, et la tension commence à devenir palpable. J'écoute toute Sa discographie en boucle. J'avale les paroles, les distille, les prends en intraveineuse. Je veux toutes les connaître par cœur.


Le 9 Mai arrive, sonnant mes 19 ans. La fête est grandiose, dépasse tout ce à quoi j'aurais pu m'attendre.
Et il ne reste qu'une semaine avant de La voir.

Mercredi 13 Mai. Je n'ai pas dormi depuis 3 jours. Les yeux hagards, je regarde défiler le paysage derrière la vire du train qui me conduit de Carcassonne à Toulouse. Serrés contre moi dans mon vieux sac en jean, un plan de la ville rose avec, soigneusement annoté, l'itinéraire depuis ma cité U jusqu'au Zénith, ainsi que la place, toujours dans son enveloppe. « Déjà presque un an que j'en prends soin ».
J'ai rendez-vous le lendemain à 14h avec Camille pour aller repérer l'entrée du Zénith et les potentiels trous dans le grillage qui l'entoure.

Le vendredi soir, Camille va assister au concert une première fois, en gradins. Je l'accompagne dès 9h30 le matin pour voir s'il y a du monde; à peine cinquante personnes. Oui, mais on est que vendredi. Demain, Samedi, les gens ne bossent pas. Ils vont pouvoir camper.
Camille aura besoin de sommeil, après ce premier concert, mais moi pas. Je vais pouvoir me coucher tôt, et donc me lever à l'aube pour être dans les premiers, et lui garder une place.
Je fais encore un aller-retour l'après-midi pour être sûre de moi – soit quinze kilomètres à pied au total dans la journée.
21h, épuisée, je me couche, pour une nuit blanche de plus. Incapable de tenir en place après des heures d'attente sans que Morphée ne pointe le bout de son nez, je me lève à 3h, me douche, prépare mes affaires, mange une grosse plâtrée de pâtes pour tenir... Je vérifie tout quarante fois au moins. « Vitamines... sandwiches... eau... boisson énergisante... billet... carte de crédit... J'ai mon billet? Ah oui. ». Je pars enfin à 4h30.
C'est le jour J.
Le Zénith est à 4 kilomètres, soit une heure de marche, mais ce n'est rien du tout.
Essayant de garder les idées claires, je respire calmement.
C'est étrange de marcher seule, aussi longtemps, dans le noir. La ville semble morte.
J'ai fait exprès de passer par les grand axes de circulation pour éviter petites ruelles,solitude, et mauvaises rencontres, mais tout est désert. Pas une voiture, pas un humain, pas même un animal. Pas le moindre souffle de vent pour agiter les feuilles des imposants platanes de la ville rose. Je n'entends que le bruit de mes pas qui semble résonner à l'infini, et de mon souffle. Ma tête bourdonne. Je me sens un peu trop seule.
J'ai enfin passé le pont, je tourne à droite, retire vingt euros à un distributeur, avec la désagréable impression que l'on va se jeter sur moi pour me dépouiller. Je ne suis pas d'un naturel paranoïaque, mais l'ambiance est vraiment glauque.
Je me remets en marche, d'un pas faussement assuré. Quelques dizaines de minutes plus tard, j'aperçois enfin le grillage bleu qui longe la route vers le Zénith. Mon rythme cardiaque et mes pas s'accélèrent, tandis que l'imposant bâtiment argenté se découpe peu à peu dans la pénombre. Il brille dans la nuit, illuminé par ses projecteurs. « Il m'attend ».
Combien vais-je découvrir de ''campeurs'' ? Peut-être vais-je être la première? Ou alors, au contraire, ils seront déjà des centaines à attendre..?
Je sais au moins qu'il y aura une amie à moi, Gégé.
Je m'arrête un instant dans mon récit afin de la remercier à son tour, elle sans qui je n'aurais pas été si bien placée.

Je suis arrivée, je compte les tentes. Douze. « Plus qu'hier, mais pas encore trop horrible ».
Ma pote est introuvable, alors je me cale dans un coin, et commence à feuilleter d'un œil distrait le magazine trouvé sur un vieux présentoir en libre-service, plutôt intriguée par le camion-poubelle qui déblaya la montagne de déchets laissée par les spectateurs de la veille. Il est 5h30.
Quelques minutes plus tard, Gégé m'invite à la rejoindre sur la file de gauche, où elle a passé la nuit.
Il faut savoir que l'entrée dans le Zénith se fait par trois files. A l'ouverture, les vigiles laissent passer au compte-goutte, histoire de pas se marcher dessus. La rapidité dépend de la coopération des spectateurs.
Bref.

Je m'installe avec mes camarades, et m'aperçois avec joie que nous sommes les tous premiers, les plus proches de la barrière.
Je ne me fais pas d'illusions; face à ces acharnés, habitués aux places du premier rang, je ne ferai pas le poids. Mais je la verrai quand même d'assez près, au moins.
Il est 6h. Encore treize heures avant l'ouverture des grilles et quinze avant le début du spectacle. Cette journée va être la plus longue de toute ma vie. Le jour se lève à peine, et je commence à avoir sérieusement froid. En fait, nous sommes tous congelés. Emmitouflés dans des couettes et des couvertures de survie, tout le monde claque des dents et se regarde en silence.
Mais malgré les 5°C ambiants, l'atmosphère est joyeuse, et le temps se met à passer un peu plus vite. Il est bientôt 7h, puis 8, puis 9. Camille ne tarde plus à nous rejoindre, avec du ravitaillement. On attend le soleil avec impatience, mais le bougre se lève de l'autre côté du géant de métal, et nous ne commençons à profiter de ses rayons que vers 11h. Nous ne le savons pas encore, mais nous allons regretter le froid.
Je mange mon sandwich, prends une vitamine, bois un peu d'eau. Tout va bien, je ne suis pas aussi fatiguée que je le devrais, finalement. En plus les gens sont super sympas. On discute, le temps passe vite, et le soleil s'est enfin joint à nous. C'est le bonheur total!
Oui mais le mieux est l'ennemi du bien. Il n'y a aucun nuage, aucune brise. Notre paradis se transforme en enfer; nous sommes en plein cagnard.

L'eau se réchauffe, les ravitaillements changent de consistance, les vêtements collent à notre peau brûlante.
Si on ne boit pas, on risque de tomber dans les pommes, mais si on boit trop, on prend le risque d'avoir envie d'aller aux toilettes en plein concert. Inconcevable et catastrophique.
Le soleil continue de nous assommer, et le silence retombe, à cause de nos bouches de plus n plus pâteuses. Le moindre mouvement consomme trop d'énergie. Il faut rester immobile, dos à la lumière, et prendre son mal en patience.
En tout cas, on sait maintenant pourquoi la salle s'appelle le Zénith.
Les sept heures qui s'écoulent maintenant sont les plus longues de ma vie. Il ne faut pas bouger d'un millimètre et rester assis pour éviter les mouvements de foule. On doit bien être un millier déjà, et le monde commence maintenant à affluer.
Il y a des fous qui sont déjà debout, et qui le resteront jusqu'au soir!
16h sonnent et apportent avec elles une cahutte d'objets dérivés de la tournée, qui s'installe à l'ombre. C'est le moment d'utiliser les 20€ retirés ce matin, et d'en profiter pour se dégourdir les jambes.
Il y a énormément de choix mais je reste sur mon idée originelle: le programme officiel de la tournée. C'est à mes yeux le seul souvenir valable de ce que je m'apprête à vivre.
Et puis le reste coûte les yeux de la tête.
L'attente me permet d'écouler vingt précieuses minutes, qui m'ont semblé des heures, et je retourne au soleil avec mes camarade.
A 17h, la mère de Camille vient nous délester de nos sacs et autres entraves à la rapidité d'entrée. Être libre de tout chargement nous permettra de passer le barrage de vigiles beaucoup plus vite - et accessoirement d'être plus léger lors de la course aux bonnes places.
18h, l'anxiété monte. Les vigiles sont là ils ont à moitié ouvert les grilles. Ils nous narguent! Nous ne sommes plus qu'une poignée toujours assis, fermement décidés à ne bouger qu'au dernier moment.
Je prends conscience que ce concert est non seulement mon premier véritable concert, et qu'en plus je suis quasiment la seule à ne faire qu'une seule date de la tournée. A peu près tous ceux qui campent vont en suivre au moins trois. J'ai vraiment bien fait les choses, pour ma première fois.
A 18h30, l'anxiété est à son comble. On se lève enfin, billet en main, sacs ouverts.
« Par où il faut passer? » «  Videz vos sacs! » « si quelqu'un double je le tue! » « bousculez pas! ».
On trépigne. 18H45: les fauves que nous sommes sont calés dans leurs starting blocks, prêts à bondir. Tout le monde gigote, les vigiles se font des signes, es portails grincent. Les ''contrôleuses'' se positionnent.
« Par où il faut passer bordel!!? » «  on verra bien, suis les autres! » «  mais tu veux que je suive qui, on est tout devant?! »

Gégé me précède, Camille à côté de moi. Je la regarde une fraction de seconde. « On ne se lâche pas, hein? »
« T'inquiète, Tcheu ».
19h et des poussières, les fauves sont libérés. J'ai oublié la présence de tout le reste. Je cours. « Ne courez pas! » braillent les vigiles.
Je ralentis, j'accélère à nouveau, je sautille, freine et accélère encore.
« A droite ou à gauche?! »
J'ai l'impression que mon cerveau est plongé dans l'huile. Ralenti, désorganisé. Mes mouvements ne sont pas coordonnés. Sur ma droite, d'autres gens, qui courent, qui se ruent.
Ça ne doit pas faire plus de trois secondes que je suis en mouvement, mais elles me paraissent des heures. La jeune fille qui découpe mon billet me paraît elle aussi au ralenti. Une fois récupéré, je me mets à courir vers une porte ou un jeune homme est en train de s'engouffrer, et j'atterris dans une immense pièce légèrement éclairée. Je fonce droit devant, vers un amas de gens. « Je veux être contre la barrière!! ». Instinctivement, je bifurque à droite, consciente que le centre de la piste est déjà occupé sur au moins cinq rang. Je n'ai pas été plus rapide, mais plus maline.
Mes côtes se cognent au métal froid. J'ai gagné. Je suis à moins de deux mètres du centre, au premier rang. Je n'en reviens pas.
Du coin de l'œil, j'aperçois Camille qui semble se jeter, désorientée, vers la foule. Je hurle, elle m'entend, me rejoint. Elle est juste derrière moi. On l'avait dit, c'est notre soirée.

D'une même voix, tout le monde se met à crier « asseyez vous!! », ce qui permet d'éviter la cohue.
Moi qui croyais avoir écoulé les heures les plus longues de ma vie, je ne suis pas au bout de mes peines.
On dirait que le temps se dilate au fur et à mesure qu'il s'écoule. Les secondes deviennent minutes, les minutes des heures. A ce compte là, la dernière heure équivaut à près de six mois.
21h arrivent enfin. Et toujours rien. Si déjà un malaise, mais rien à l'horizon sur scène.
On le sait bien, malgré le début annoncé pour 21h, Mylène nous fera attendre jusqu'à la demie, comme à son habitude. Et le temps continue de se dilater.
On va mourir de vieillesse avant le début..! La foule s'agite, remue, L'appelle. C'est trop long.

Mais quelque chose a changé. Il y a un vigile de plus, et mon voisin me souffle « c'est le garde du corps de Mylène ».

Et d'un seul coup, un œil géant apparaît sur l'écran face à nous, se tourne à droite, à gauche, nous scrute. La foule hurle un « MYLENE! » désespéré.
L'œil se referme et disparaît. Plus rien.
Soudain les lumières s'éteignent, et l'œil réapparaît. Il continue de scruter, de s'ouvrir, se fermer, disparaître et réapparaître, puis sue mue en un tourbillon noir qui nous happe dans un bruit orageux. Les détonations se multiplient, se décuplent, battent comme un seul cœur pour unir nos neuf-mille corps. Le son résonne dans mes tibias, dans mes bras tendus vers le ciel, dans ma gorge en feu, dans ma tête déconnectée de la réalité terrestre. Je ne réalise toujours pas. Ça commence et j'y suis, je suis devant, et dans quelques secondes Elle sera devant moi.
Il y a dix-huit mille bras levés, dix-huit mille poumons qui hurlent à l'hystérie. « Ce soir elle est là pour nous. Avec nous. ».
L'écran se sépare en six, glisse sur les côtés, et libère l'Ange qui apparaît enfin, sur son piédestal.
Vêtue d'un costume moulant à l'apparence d'un écorché, elle descend lentement entre les deux squelettes de dix mètres de haut qui la dominent, sur fond d'étagères peuplées de mannequins nus aux positions suggestives, le tout sur les premières notes de Paradis Inanimé.
Je ne vois plus qu'Elle.
Mi-ange, mi-démon, comme toujours. C'est un rêve qui se réalise.
Non, même mes rêves ne sont pas si irréels! C'est un monde parallèle, une autre planète, un autre univers. Je ne peux pas être là, dans ce corps, à quelques mètres de cet être si parfait.

Les deux heures de concert s'enchaînent à une vitesse incroyable. C'est tellement court! Au moment ou j'écris ces lignes, j'ai déjà l'impression que ça fait une éternité.
Elle enchaîne les tubes, vêtue de différents costumes tous plus époustouflants les uns que les autres. Ainsi se succèdent une robe rouge en soie et ses cuissardes de cuir, puis une longue bleu nuit et noire, classe à l'extrême, tandis qu'elle entame les ballades tristes, son fidèle Yvan au piano.
« Mylène, on T'aime! »
Le public crie, l'appelle, l'aime, l'émotion est à son comble, les premières larmes se font sentir.
« Mais, je vous aime aussi. »
Mon souffle est coupé. Oui je l'aime, on l'aime tous, on veut qu'elle le sache. Qu'elle ne nous oublie jamais, parce que nous, jamais elle ne sortira de nos cœurs et de nos âmes.
« Merci! »
A cette nouvelle preuve d'amour du public, sa voix se perd, elle balbutie, rétorque, en larmes « Non, moi je n'y suis pour rien, merci a vous, merci pour tout, c'est grâce à vous que j'en suis arrivée là...! »
On chante avec elle, on la relaye sur la chanson, qu'elle a du mal à mener à sa fin. Elle conclut, pour notre plus grand bonheur: « Tous ces moments merveilleux, toutes ces années, depuis tant d'années, je vous en remercie... Avec certitude, je ne vous oublierai jamais, avec certitude ».

Notre Ange Roux continue sur rêver, les yeux inondés de larmes, la gorge serrée. Je retiens mon souffle, je pleure, je tremble. J'irai cracher sur vos tombeaux, n'est pas le vrai, n'est pas le beau, J'ai rêvé qu'on pouvait s'aimer (...)
Sur Ainsi soit je..., elle fait un tour de public, fixe quelques visages, et l'espace de quelques secondes, ses yeux se posent dans les miens. Mon cœur éclate.
Je sais que je ne suis pas la seule, mais j'étais là, j'étais devant, et j'ai eu droit à son regard dans le mien quelques instants. J'ai le souffle coupé. Je sais que je ne suis qu'une tête de plus parmi les dizaines de milliers qu'elle a vues et verra, mais au fond de son inconscient, il y aura dorénavant une infime trace de moi. Je fais partie d'elle à présent, elle qui est dans mon cœur et que j'ai l'impression d'aimer comme jamais je n'aimerai personne. Il n'y a pas de mots pour exprimer ce que je ressens.


Après la séquence des émotions fortes, coup de tonnerre. Vêtue de son fameux costume signé Jean-Paul Gaultier, la Belle nous entraîne dans ses grands classiques;Libertine, Sans contrefaçon, Je te rends ton amour.
Les écrans se sont refermés, et ils s'ouvrent à nouveau, dans l'euphorie la plus totale, sur une Mylène vêtue de cuir moulant, se mouvant avec volupté sur un trône géant en forme de scarabée. C'est l'apothéose.
Ses musiciens et choristes la rejoignent, elle salue, recule. Les lumières s'éteignent.
Non, Mylène ne peut nous quitter de cette manière!
Elle réapparaît enfin, après de longs cris, vêtue d'une robe couleur sable, et on sait que c'est le dernier titre. Déjà les adieux.
Les deux squelettes géants ont bougé, se sont levés, et l'escalier au milieu de la scène s'est ouvert, comme une porte vers les enfers.
Elle s'éloigne, se retourne, tend une dernière fois la main dans un geste gracieux. Son image se mêle dans ma tête à celle des adieux à Bercy en 2006.
Elle est engloutie par la lumière, les escaliers qui l'enterrent, l'écran qui se referme, la musique qui tambourine et nous retourne une dernière fois.
La musique s'arrête. Le silence se fait. Faiblement, la salle s'éclaire à nouveau. Tout est fini.

Comparé aux longues et douloureuses seize heures d'attente, les deux heures de bonheur intense que l'on vient de vivre se sont pour ainsi dire volatilisées.
Me dire que cette soirée est reléguée à l'état de souvenir me rend profondément triste.

A part ceux qui l'ont vécu, personne ne peut ne serait-ce que concevoir ce que j'ai ressenti et ressens encore. J'ai toujours l'impression que ce n'était qu'un rêve. Je ne réaliserai jamais, je crois, ce que je viens de vivre.
Malgré la sensation de manque que j'éprouve à présent, je cois que c'est le genre de chose qui mérite d'être vécu au moins une fois.
Ce matin, j'ai les jambes en feu, la gorge déchirée, le corps douloureux... Et la tête totalement déconnectée de la réalité. La journée d'hier est gravée à vie dans chaque parcelle de mon âme. J'ai l'impression d'être à la limite de la folie.
Maintenant, je le reconnais, je suis une fan incontestable, et hystérique, comme tous ceux que je regardais avant avec tant de hauteur.

J'ai vécu le moment le plus extraordinaire de toute ma vie.

Dans le train Toulouse-Carcassonne
Le 17/05/2009"
(Charlotte - Concert du 16 mai
http://fandhp666.skyrock.com/2465321739-http-www-mylenefarmer-tour2009-com.html) 


MF 24/7

Egon Schiele - Le film
N'oubliez pas les paroles
Incident In A Ghost Land
PHOTOS

Duel chansons

Voter
2005
Nobody knows
Voter
2008
Dégénération

Résultat du vote

38%
62%

Vidéos

50 Minutes Inside L'actu

20/05/2017

Jean Paul Gaultier invité de "On refait la télé"

20/05/2017

Pascal Nègre invité de "De quoi j'ai l'air"

16/05/2017

Vincent Lindon invité de la Social Room d'Europe 1

18/05/2017

The Voice (Saison 6)

01/04/2017

La véritable histoire des stars des années 80

14/03/2017

Glamour et pouvoir, la story des divas

24/01/2017

Défilé Thierry Mugler 1989

1989

Dernière presse

L'Opinion - 16 mars 2017
Le Parisien Aujourd'hui en France - 16 mars 2017
Le Monde - 16 mars 2017
Le Figaro - 16 mars 2017

Dernière presse

L'Opinion - 16 mars 2017
Le Parisien Aujourd'hui en France - 16 mars 2017
Le Monde - 16 mars 2017
Le Figaro - 16 mars 2017

Dernières photos

Mylène Farmer - Exposition Robert De Niro Sr - Paris - 06 mai 1999Mylène Farmer - Exposition Robert De Niro Sr - Paris - 06 mai 1999Mylène Farmer - Exposition Robert De Niro Sr - Paris - 06 mai 1999Mylène Farmer - Exposition Robert De Niro Sr - Paris - 06 mai 1999Mylène Farmer - Exposition Robert De Niro Sr - Paris - 06 mai 1999Mylène Farmer - Exposition Robert De Niro Sr - Paris - 06 mai 1999

Dernières photos