MF 24/7 : les brèves

La discothèque idéale FNAC...
non stop people special MF
Photo récente L. Boutonnat
Technique : concert 2019
maxi 45 tour réedition
Album Indissociables Youtub...

Critique de l'album Interstellaires par Lewis (05 novembre 2015)



Dans l'ensemble, je suis vraiment surpris et touché par cet album. C'est la Mylène que j'aime.



Les + :

L'originalité. Un album moderne, éclectique, où des tas d'ambiances se côtoient et se répondent, car le tout reste incroyablement cohérent et, surtout, farmerien.
Les arrangements. Mylène n'est plus du tout dans les sons datés de Monkey Me ou Point de Suture, et même les petites incursions rétro (genre, le pont de c'est pas moi façon 80's) passent très bien.
La voix, tout à fait maîtrisée, même si un peu trop retouchée.
Une belle pochette, une promo qui commence à enfler... Bref, une Mylène qui semble se dire que l'amour du public s'entretient. Elle nous cajole, et je ne boude pas mon plaisir.

Les - :

Les textes. Pas d'horreurs à la "anti-pas-mourir" ou "moi je veux c'est aimer", mais je trouve vraiment que les textes manquent de fluidité, de toile de fond. Ils sont hachurés, on perd souvent le fil. De temps en temps, ces ruptures dans le sens des phrases me plaisent, car laissant la place à l'imagination, mais le procédé, trop souvent répété depuis des années, perd de son impact.
Par ailleurs, je trouve que les chansons riment de moins en moins. C'est un peu dommage.
La pochette est beaucoup mieux que les trois précédentes, mais Neuneu a quand même encore sévi : coquilles, ordre des chansons aléatoire... Ce n'est pas très grave, mais bon...

Pour les coups de cœur, il y en a beaucoup. Au final, seules les deux reprises me semblent en dessous du reste, même si je les trouve agréables à entendre (une fois de temps en temps).

Comme singles j'imagine très bien :
C'est pas moi
Pas d'access
ou Interstellaires
(pour les titres rapides)

et

City of love
A rebours
voire Un jour ou l'autre
(pour les titres plus lents).

Dans l'ensemble, je suis vraiment surpris et touché par cet album. C'est la Mylène que j'aime. Celle qui m'avait déjà re-séduit avec Bleu Noir (même si l'album m'avait semblé inabouti), et un peu traumatisé avec Be-me et Monkey me, mais de nouveau conquis avec Timeless.

Mention spéciale à Martin K qui a su se mêler parfaitement à son univers (le fait qu'elle ait co-composé a dû aider). Pour autant, je n'imagine pas forcément qu'ils vont continuer à collaborer par la suite, ou peut-être plus sporadiquement. Ce serait dommage de s'enfermer dans une nouvelle routine...  


MF 24/7

La discothèque idéale FNAC...
non stop people special MF
Photo récente L. Boutonnat
Technique : concert 2019

Duel chansons

Voter
2012
À l'ombre
Voter
2015
Voie lactée

Résultat du vote

100%
0%

Souviens-toi du jour

le 16/09/1996

il y a 23 ans

Première diffusion du clip "Comme j'ai mal"

Vidéos

"Télématin" - France 2

12/09/2019

Bande-annonce "Mylène Farmer 2019 Le Film"

06/09/2019

Premier teaser "Mylène Farmer 2019 Le Film"

05/08/2019

L'âge d'or des variétés

02/08/2019

Nouvelles images officielles inédites des concerts 2019

11/06/2019

20h30 le dimanche - France 2

09/06/2019

JT de 13 heures - TF1

09/06/2019

Culture et Vous - BFMTV - Un come-back spectaculaire !

09/06/2019

Dernière presse

VSD - 28 février 2019
Le Parisien - 18 février 2019
CNews - 5 février 2019
France Dimanche - 8 Février 2019

Dernière presse

VSD - 28 février 2019
Le Parisien - 18 février 2019
CNews - 5 février 2019
France Dimanche - 8 Février 2019
Gala - 31 janvier 2019

Dernières photos

Mylène Farmer - Tournage du clip Pourvu qu'elles soient douces - Août 1988 - Photographe : Marianne RosenstiehlMylène Farmer - Photographe : Jean-Baptiste Mondino - 2018Mylène Farmer - Photographe : Jean-Baptiste Mondino - 2018Mylène Farmer - Photographe : Jean-Baptiste Mondino - 2018Mylène Farmer - Photographe : Jean-Baptiste Mondino - 2018Mylène Farmer - Photographe : Jean-Baptiste Mondino - 2018

Dernières photos