Newsletter

Les brèves

Reconnaissez-vous... ?
TV LE GRAND SLAM
45 tours promo CPM
Drouot Suite
Faux objets
C'est pas moi fake n°?????
Nouvelle Interview

Confidences de Mylène sur des sujets inattendus

Par mylene.net, le 22/01/16 - 18:16
Pages : 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66   [67]   68 69 70 71 72 73 74 75 76 77
Dernière modification le 20/02/16 - 19:46, lu 42 756 fois
> Toutes les News


La radio suisse Option Musique a diffusé cette semaine dans l'émission "Passé(e) par ici" une interview inédite et très intéressante de Mylène.
Elle était accompagnée lors de l'enregistrement (début novembre à Paris) par Sting et Martin Kierszenbaum.
Mylène parle de son duo avec Sting, de son travail avec Martin Kierszenbaum, mais également de sujets plus inattendus : Liloup, les supports collectors, les photos du livret de l'album, certaines chansons, et même de son TOC.
Nous vous proposons une retranscription intégrale de cet entretien ainsi que l'audio.

Place à l'interview "Tout dans l'axe ! "


Option Musique (Philippe Robin) : Le premier plaisir, c'est de constater qu'elle accepte cette interview, événement très rare voire exceptionnel dans sa carrière. Alors, est-ce qu'elle a changé d'avis à propos des interviews ?
Mylène Farmer : Pas du tout. Là, c'était l'opportunité de partager ces moments avec Sting, et puis avec Martin. Et bien évidemment, c'est plus simple pour moi qui parle peu, et voilà, je trouvais ça important pour le coup de partager ces moments avec eux.

Option Musique : Sting, le premier extrait de l'album de Mylène Farmer, c'est une nouvelle version de l'une de vos chansons, Stolen Car. Comment en êtes-vous venus à travailler ensemble ?
Sting : Je connaissais la célébrité de Mylène et sa légende. Martin m'a demandé si je voulais écrire une chanson pour son nouvel album. J'ai dit que je n'avais pas de chanson, mais qu'on pourrait reprendre un titre que j'avais fait il y a douze ans, Stolen Car que j'avais toujours imaginé être chanté par un homme et une femme. C'est une histoire intéressante, une histoire d'amour compliquée : "Peut-être que tu pourrais l'aimer ?", et j'ai dit à Martin : "Envoie-lui la chanson !". Et elle l'a aimée, alors on a décidé de l'enregistrer ensemble à Paris alors que j'étais au milieu de ma tournée. Et le reste, c'est de l'histoire, on a un gros succès maintenant. Incroyable !

Option Musique : Mylène, comment vous avez reçu cette nouvelle lorsqu'on vous a dit que vous alliez travailler avec Sting ?
Mylène Farmer : Je suis allée chercher cette nouvelle, si je puis dire. J'ai effectivement demandé à Thierry Suc qui connaissait donc bien Sting avec qui il a travaillé sur The Last Ship sa comédie musicale qu'il a jouée à Broadway - magnifique comédie musicale, d'ailleurs - et je lui ai demandé si je pouvais rencontrer Sting. Je l'avais vu moi plusieurs fois évidemment en concert, j'aime l'artiste depuis très très longtemps, et donc nous nous sommes vus une première fois à Londres, puis après à New York, et je lui ai demandé si il acceptait de partager un duo avec moi, et il a répondu : "Oui". Et on m'a proposé cette chanson Stolen Car.

Option Musique : Alors, vous avez réécrit la chanson avec une partie en français...
Mylène Farmer : C'est plus une adaptation parce que le texte de Sting était là, et c'est lui qui raconte l'histoire. Effectivement je lui a demandé si je pouvais écrire pour le public français la partie en français, justement dans la langue française, et il a très généreusement accepté. Mais, je précise vraiment, c'est une adaptation de son texte.

Option Musique : Stolen Car, ce fut l'occasion de tourner un clip sur les quais de la Seine et dans une chambre d'hôtel, un célèbre hôtel parisien. Un clip particulièrement sexy dont Sting et Mylène Farmer nous parlent.
Sting : C'est une histoire intéressante que de transformer cette chanson en un petit film parce qu'il y a plusieurs personnages. J'en joue deux : le voleur, et je joue aussi l'amant. Mylène ne joue qu'un personnage, elle joue une fille très sexy. C'est une histoire sexy, et je pense qu'elle est drôle aussi. Et Paris est l'endroit parfait pour la raconter. Paris est en fait aussi un personnage dans le film : Notre Dame, la Seine, les ponts... Je trouve que c'est une vidéo fantastique.

Option Musique : Mylène, comment vous avez vécu ce tournage particulier au bord de la Seine, sur les pavés comme ça, en public finalement, c'était en public...
Mylène Farmer : Oui d'une certaine... c'était en tout cas à l'extérieur, effectivement. Ça a été un moment magique, deux jours de tournage. Sting a joué les deux caractères, donc avait plus de travail que moi. Ça s'est merveilleusement bien passé parce qu'il est très très généreux de sa personne, c'est un merveilleux acteur aussi. Et puis de travailler avec Bruno Aveillan - c'est quelqu'un avec qui j'avais travaillé sur deux autres vidéos, sur Si j'avais au moins, et puis  Dégénération - et nous sommes aussi très amis, et c'est quelqu'un qui a vraiment, évidemment une vision très cinématographique, mais aussi il adore la peinture et la photographie. J'aime beaucoup ses lumières, j'aime beaucoup ce souci du détail. C'est quelqu'un qui a beaucoup de talent.

Option Musique : Sur l'album, une reprise surprenante, I want you to want me de Cheap Trick.
Mylène Farmer : Absolument. J'ai découvert, moi cette chanson - je sais que les américains connaissent très très bien évidemment cette chanson - moi, je l'ai découverte il y a peu, et c'est grâce à Gary Jules avec qui j'ai partagé la scène, un duo, et c'est lui qui avait fait cette reprise à l'origine. Et je me suis dit : "Tiens, ça m'amuserait de m'y essayer." Et Martin m'a encouragée. Voilà, elle fait partie de l'album.

Option Musique : Et vous avez choisi de ralentir la chanson, elle est plus douce avec vous.
Mylène Farmer : Pour être tout à fait honnête, Gary Jules avait déjà fait cet exercice, il avait totalement ralenti cette chanson, et c'est ce pourquoi sans doute j'ai été attirée.

Option Musique : Est-ce qu'il faut une autorisation comme ça pour reprendre une chanson, aujourd'hui ?
Mylène Farmer : Non, quand on fait un cover, tout le monde peut faire un cover. Maintenant, effectivement de la ralentir... (Mylène hésite) C'est une bonne question, il faudrait demander plus à Sting...
Sting : Je ne crois pas, non. Si tu la changes radicalement, alors, oui, tu as besoin d'une autorisation.

Option Musique : Il y a une chanson qui ferme l'album qui s'appelle Un jour ou l'autre qui est une chanson particulière, elle est placée là, à la fin de l'album, pas par hasard, j'ai l'impression...
Mylène Farmer : Non, et à la fois je vais presque être désagréable avec vous parce que je ne parle jamais de mes chansons, en ce sens que je les écris, je les enregistre, et je les offre au public. C'est très difficile pour moi de re-rentrer à l'intérieur et de trouver justifications, si ce n'est que vous avez raison, elle n'est pas placée là par hasard (sourire).

Option Musique : À la fin de cette chanson intitulée Un jour ou l'autre, on a l'impression d'une plongée dans une ambiance écossaise, au point de s'attendre à entendre à un moment ou à un autre des cornemuses sur les dernières mesures ce que confirment Mylène Farmer et le compositeur Martin Kierszenbaum.
Mylène Farmer : Oui on avait envie avec Martin de s'essayer à cet univers écossais, et nous avons fait appel à ce qu'on appelle un orchestrateur, Graham (Graham Preskett crédité pour les arrangements des cordes sur plusieurs chansons de l'album, ndlr) qui nous a fait ces jolis moments et ces jolis passages.

Option Musique : Alors on ne va pas parler du contenu de vos chansons, mais est-ce que vous pensez que tout est dans les chansons, justement. Peut-être que d'ailleurs si vous faisiez peu d'interviews ces derniers temps, c'est que vous pensiez que tout était dit dans les chansons...
Mylène Farmer : Tout ce que je veux bien dire, évidemment c'est dans mes chansons. Le reste m'appartient, le reste est mon jardin secret. Donc, je donne tout, si je puis dire, oui, dans mes chansons, sûrement.

Option Musique : Est-ce que l'auditeur doit tout comprendre dans les chansons ou est-ce qu'elles doivent rester mystérieuses ?
Mylène Farmer : Je ne voudrais pas faire de ma réponse une généralité, mais moi j'aime beaucoup la poésie. Dans une poésie, je pense que si Sting lisait la même poésie, ou Martin, peut-être comprendrions-nous des choses différentes. L'important, c'est l'émotion qu'elle suscite.

Option Musique : Amusons-nous au jeu des questions croisées en demandant à Sting ce qu'il admire le plus chez Mylène Farmer et inversément...
Sting : C'est une immense star, et en même temps une petite fille, humble, très timide, très douce, et je trouve que c'est un accomplissement étonnant d'avoir cette drôle de vie et de ne pas changer du tout. Elle est adorable.

Option Musique : Il a dit ça la main sur votre épaule, doucement. Il est très câlin, avec vous ?
Mylène Farmer : Il est très, je dirais, protecteur. J'ai beaucoup de chance, j'ai beaucoup de chance qu'il accepte aussi et qu'il partage ces moments de promotion parce que c'est quelqu'un qui est évidemment extrêmement sollicité, très très occupé. C'est un cadeau de la vie pour moi, réellement.

Option Musique : Alors, j'ai la même question pour vous : est-ce que quelque chose vous impressionne particulièrement chez Sting ?
Mylène Farmer : Je dirais, oui son talent bien évidemment, son charisme, ça tout le monde le sait, mais c'est son authenticité avant tout : c'est quelqu'un qui est ce qu'il écrit, qui est l'homme qu'il présente, c'est quelqu'un de formidable et assez unique.

Option Musique : À l'époque dans les années 80, et même avant, vous aviez vu Police ?
Mylène Farmer : Bien évidemment, oui, oui, bien sûr. Je connais sa musique depuis très très longtemps, depuis ses débuts.

Option Musique : Sur les photos que l'on trouve sur le nouvel album de Mylène Farmer, on peut voir en pages centrales de la pochette, la chanteuse aspergée d'une quantité impresionnante d'une mysétérieuse poudre blanche. Les fans de Mylène Farmer sont nombreux à se demander ce que ça peut bien être cette poudre, et notre curiosité nous a poussés à poser la question à la chanteuse victime de ces projections curieuses.
Mylène Farmer : Il s'agit de poudre de talc et de poudre pigmentée. C'était pour justement pour représenter les nébuleuses, l'interstellaire, les étoiles, et ça a duré quelques... quelques... huit fois en tout, je crois, on m'a envoyé de la poudre sur le visage. Non, non, ce n'était pas désagréable, difficile par contre pour avoir la bonne image. Ça se fait dans le moment, en direct.

Option Musique : Vous participez à la création de tout l'album, y compris la pochette, les photos, la conception ?
Mylène Farmer : Je suis même, si je puis dire, à l'origine de toutes ces choses, déjà le choix du photographe (Ralph Wenig, ndlr), et j'étais très heureuse de travailler avec lui, parce que lui m'a amené un univers incroyable. Il travaille en binôme avec... je crois on appelle... quelqu'un qui travaille derrière un écran pardonnez-moi mais j'ai oublié le nom... peu importe... et donc voilà... je suis perdue.... (rire)

Option Musique : On parlait de la création, de la manière dont vous supervisez tout ça...
Mylène Farmer : J'avais en fait donné deux mots clés à Ralph, je lui avais dit effectivement Interstellaires qui est le titre de l'album, je lui avais parlé de voie lactée, et puis de douceur surtout, de quelque chose d'intemporel. Et puis, nous avons fait cette séance photos, et voilà ce qui est arrivé...

Option Musique : À propos des objets que vous mettez en vente, lorsqu'un disque sort, il y a beaucoup de choses : il y a un vinyle, il y a la boîte en plastique, il y a l'édition de luxe, il y a un coffret... Il y a toujours en ce qui vous concerne beaucoup de choses qui sortent.
Mylène Farmer : Oui, parce que j'aime l'idée du cadeau, j'aime l'idée de la multiplicité, et je sais... en tout cas, je crois savoir que le public aime ça beaucoup. Les collectors, je connais plein plein de gens qui adorent justement les choses très particulières, des choses qui sont tirées avec un tirage minimum. Voilà...

Option Musique : Vous faites partie des artistes les plus collectionnés...
Mylène Farmer : On me l'a dit, en effet, oui.

Option Musique : Vous collectionnez vous-même quelque chose ?
Mylène Farmer : Je collectionne... (Mylène hésite) euh, non ! Par contre, je remets tout droit dans l'axe, ce qui n'a rien à voir, mais c'est un TOC. (rires) 

Option Musique : C'est-à-dire au restaurant les fourchettes, les couteaux...
Mylène Farmer : Tout dans l'axe ! (rire) C'est une névrose !

Option Musique : Sur scène ça doit être terrible, parce que sur scène les choses bougent, ne sont pas forcément...
Mylène Farmer : Non, non ! Tout est dans l'axe ! (rires)

Option Musique : Je vous ai vue en photos dans un magazine avec votre chienne, je crois, Liloup. Ça a toujours une importance un animal chez une personne. La dernière fois qu'on a fait une interview ensemble, vous m'aviez dit : "Je cherche un caméléon."
Mylène Farmer : Je ne m'en souviens pas. J'aime beaucoup les caméléons. J'ai vécu, moi, vingt-trois ans avec un singe, un singe capucin, et maintenant c'est effectivement avec cette très très jolie chienne.

Option Musique : Elle vous équilibre ?
Mylène Farmer : Ça je ne sais pas, mais elle donne beaucoup. La chose exceptionnelle avec les animaux, nous le savons tous, c'est qu'ils sont très heureux de vous voir, vous donnent énormément sans se poser de questions, et puis immédiatement, et chaque minute... vous disparaissez d'une pièce, vous revenez, et c'est une fête. C'est extraordinaire de s'occuper d'un animal.

Option Musique : Vous savez toujours où elle est, elle est avec vous en tournée ?
Mylène Farmer : Non, en tournée, non, la pauvre, non, non. Elle reste à la maison.

Option Musique : Ce nouvel album de Mylène Farmer est sorti également aux Etats-Unis sous l'impulsion du réalisateur de ce disque Martin - Cherry Cherry Boom Boom, c'est son surnom -  Kierszenbaum. Il est très impliqué aux États-Unis, il possède un label de disques, là-bas. Alors, est-ce que cela peut être pour Mylène Farmer le début de quelque chose de nouveau ?
Mylène Farmer : J'ai cette chance effectivement que Martin m'ait proposé de mettre cet album sur son label parce qu'il avait envie de le travailler, de donner à l'album une chance. Maintenant, ce n'est pas, un but en soi, c'est une très jolie surprise pour moi.

Option Musique : Mais ça pourrait être l'excitation du début de quelque chose de nouveau ?
Mylène Farmer : Ecoutez, moi là encore je suis... mon pays c'est la francophonie. Maintenant c'est toujours agréable d'être écoutée à l'étranger, bien évidemment, mais c'est quelque chose qui existe déjà. Là, les États-Unis, c'est très particulier, et puis j'oserais dire : 'Ne rêvons pas', c'est quelque chose d'extrêmement difficile comme marché à atteindre. Moi, ce qui est important pour moi, c'est de pouvoir partager avec Martin.

Option Musique : Vous venez de dire un mot important pour vous, c'est le mot 'rêve', il arrive souvent dans vos chansons. Est-ce que vous êtes allée, pour paraphraser l'un de vos amis, est-ce que vous êtes allée au bout de vos rêves ?
Mylène Farmer : J'espère que non ! J'espère que non ! La preuve aujourd'hui, ces deux personnes à mes côtés, et non, non, non, jamais. L'important c'est de toujours espérer quelque chose, autre chose. Mais je vis le moment présent, malgré tout, donc là j'apprécie tous ces moments.

Option Musique : Vous paraissez rayonnante, en pleine forme, joyeuse...
Mylène Farmer : C'est vrai ? Oui, c'est les deux larrons autour de moi qui me mettent dans cette humeur ! (rire) Mais parce que ça se passe bien et que c'est toujours... c'est tellement agréable !

Option Musique : Comment va votre jambe ?
Mylène Farmer : Ça va beaucoup mieux, je vous remercie, beaucoup mieux.

Option Musique : Le 16 mars, vous avez fait une chute, un accident qui vous a immobilisée...
Mylène Farmer : Oui je me suis cassé la jambe, et j'ai été immobilisée pendant quatre mois.

Option Musique : Ce qui vous a permis de plus travailler ?
Mylène Farmer : Ce qui m'a permis de travailler sur l'album, et de travailler sur les illustrations d'un livre, d'un conte philosophique de Michel Onfray. C'est ce que j'ai fait pendant cette période d'immobilisation, donc c'était un joli voyage pour moi.

Option Musique : À quoi va ressembler l'année 2016 pour vous Mylène Farmer ?
Mylène Farmer : Je ne sais pas. Je ne sais pas parce que je ne me projette pas dans un futur immédiat. Là, c'est la sortie de l'album, et je me concentre là-dessus.


Ecoutez l'interview en cinq parties

Pages : 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66   [67]   68 69 70 71 72 73 74 75 76 77

Un anonyme

le 22/01/16 à 18:48 top comm'
135
Une interview très intéressante !
On découvre Mylène sous un nouvel angle et c'est finalement ce qui caractérise Interstellaires : de la nouveauté de la fraîcheur
J'aime beaucoup l'album, il est très soigné, de la pochette aux morceaux en passant par la promo et les clips. Du très grand Farmer!
Quelle chance de posséder une artiste française aussi singuliere, humble et talentueuse !
Répondre 

Un anonyme

le 06/02/16 à 11:26
1
Je ne vois pas pourquoi elle aurait parlé de Benoît ou Laurent. L'un comme l'autre, ils n'ont pas participé à Interstellaire, que ce soit dans la réalisation des musiques comme dans la réalisation des clips. Donc bon... ça paraît logique qu'elle parle davantage de Sting et Martin K.
Répondre 

Un anonyme

le 28/01/16 à 20:26
1
Pas un mot sur Benoit ou Laurent !!!
Répondre 
Un membre du site le 28/01/16 à 16:09
4
N'oubliez pas qu'il n'est aucunement obligatoire d'acheter cette nouvelle édition 'fourreau'. Ou bien de raler a chaque fois que qqch est proposé.
Répondre 

Un anonyme

le 28/01/16 à 15:39
8
Pourquoi vous vous plaignez de la réédition de l'album avec fourreau ? Et pourquoi toujours parler d'argent ? Qu'est-ce que cela peut vous faire qu'elle sorte son album en 5 éditions ou 6 ou 7... différentes si il y a des acheteurs tant mieux pour elle, pour eux et vous, achetez si cela vous intéresse et si cela ne vous intéresse pas, vous n'achetez pas. Je ne vois pas matière à critiquer, chacun fait ce qu'il veut.
Répondre 

Un anonyme

le 28/01/16 à 15:29
0
15:18 non... mais oui. le compromis. :)
Répondre 

Un anonyme

le 28/01/16 à 15:18
6
15:16 NON !
Répondre 

Un anonyme

le 28/01/16 à 15:16
2
15:08 oui.
Répondre 

Un anonyme

le 28/01/16 à 15:11
1
C'est vrais que les CD Promo hors-commerce n'existent plus ????, il n'y aurai donc pas de promo de COL ????.
Répondre 

Un anonyme

le 28/01/16 à 15:08
7
14:59 oui ???
Répondre 

Un anonyme

le 28/01/16 à 15:04
3
pourquoi ne défend-elle pas cet album pourtant si cool??????
Répondre 

MF 24/7

Reconnaissez-vous... ?
TV LE GRAND SLAM
45 tours promo CPM
Drouot Suite

Duel clips

Voter
1986
Sans contrefaçon
Voter
2001
Les mots (avec Seal)

Résultat du vote

84%
16%

Vidéos

Glamour et pouvoir, la story des divas

24/01/2017

Défilé Thierry Mugler 1989

1989

Interview The Associated Press

14/01/2017

Le 19:45

30/12/2016

L'âge d'or des variétés - Les Carpentier

30/12/2016

Stars d'une génération - Années 80

09/11/2016

Le Journal du Cinéma

28/10/2016

Interview de Sting (JT)

09/10/2016

Dernière presse

Télé Star Jeux - 16 septembre 2016
Matin France - 28 septembre 2016
Voici - 16 septembre 2016
Nous Deux - 13 septembre 2016

Dernière presse

Télé Star Jeux - 16 septembre 2016
Matin France - 28 septembre 2016
Voici - 16 septembre 2016
Nous Deux - 13 septembre 2016
Télé Loisirs - 12 septembre 2016
La Montagne - 12 septembre 2016
Télé 7 Jours - 12 septembre 2016
Allo Vedettes - 08 septembre 2016

Dernières photos

Mylène Farmer - Avis de recherche - TF1 - 24 février 1989Mylène Farmer - Avis de recherche - TF1 - 24 février 1989Mylène Farmer - Avis de recherche - TF1 - 24 février 1989Mylène Farmer - Photographe : Bettina Rheims - 2013 - Photo publiée dans le programme des concerts "Timeless 2013"© MICHEL MARIZY/TELE7JOURS/SCOOP Mylène Farmer - 1988Mylène Farmer - C'est encore mieux l'après-midi - Antenne 2 - 06 novembre 1986

Dernières photos