MF 24/7 : les brèves

Pas de bonus!
Désobéissance vinyle blanc ...
Photos du livre
Livre 2.99 ? NOZ
Désobéissance Cover de NVRM...
Reprise Sans contrefacon

Mylène Farmer - Interview - 7 à Paris - 26 avril 1989






Provocatrice :
Si je suis provocatrice, c'est à la manière d'Oscar Wilde, dans une ambiguïté permanente, à cheval entre le clair et l'obscur. Mon public ne s'y trompe d'ailleurs pas. Comme celui de Tintin, il s'étage de 7 à 77 ans. Composé d'honorables sexagénaires, de bambins (séduits par les singes captifs qui peuplent mon célibat) et de nombreux homosexuels des deux sexes. Pourquoi ? Probablement parce qu'ils ont une sensibilité d'écorchés vifs.


Le show-business :
Je déteste la vulgarité et la superficialité de ce milieu.


La célébrité :
Je n'ose pas sortir dans la rue de peur d'être reconnue.


Paradoxale :
(On me dit) Kamasoutra, je réponds Oscar Wilde. J’aime l'odeur du café, mais en déteste le goût. (On me dit) "Top 50", je réplique Ionesco, Desproges et Woody Allen.


Elle crée le scandale :
Si je fais scandale, c'est simplement que je ne respecte pas les tabous usuels.


Lesquels ?
Eh bien... la mort et, euh, le... euh... sexe ?


Incomprise comme Baudelaire :
Il faut se détruire pour vivre intensément et souffrir le martyr pour être véritablement artiste. J'aime l'aventure, les extrêmes, le risque physique.


Son idéal masculin :
Il a 40 ans, le regard d'un enfant (sans l'innocence), il est fort (mais fragile), il est triste (mais immature), lucide et fan de Baudelaire.



Retranscription le 16 mars 2013

Recherche Interviews

Rechercher dans les interviews
de Mylène Farmer