MF 24/7 : les brèves

Pas de bonus!
Désobéissance vinyle blanc ...
Photos du livre
Livre 2.99 ? NOZ
Désobéissance Cover de NVRM...
Reprise Sans contrefacon

Mylène Farmer - Interview - Panique sur le 16 - TF1 - 19 novembre 1987



  • Date
    19 novembre 1987
  • Média / TV
    Panique sur le 16 - TF1
  • Interview par
    Christophe Dechavanne
  • Fichiers
  • Catégories interviews



Christophe Dechavanne : Notre invitée aujourd'hui, c'est Mylène Farmer ! La voilà ! Comment allez-vous ?
Mylène Farmer : Très, très bien !


Christophe Dechavanne : Comment ? (Mylène ayant parlé par-dessus les applaudissements, il n'a pas entendu)
Mylène Farmer : Mylène se penche et lui parle à l'oreille) Très, très bien !


Christophe Dechavanne : Vous êtes en pleine forme ?
Mylène Farmer : En pleine forme.

(...)


Christophe Dechavanne : Vous connaissez pas les lieux, c'est une grande première !
Mylène Farmer : C'est la première, oui ! Je suis ravie d'être là !


Christophe Dechavanne : Moi je suis très content de vous avoir sur ce plateau. J'aime beaucoup votre petit costume ! (costume à carreaux noir et blanc porté par Mylène sur plusieurs émissions tv pour la promotion de Sans contrefaçon, NDLR)
Mylène Farmer : Merci !

(...)


Christophe Dechavanne : Alors j'ai eu l'occasion de vous voir, de vous entendre beaucoup à la radio puisqu'on entend beaucoup le nouveau titre, on va avoir l'occasion d'ailleurs de l'écouter un petit peu plus tard dans cette émission. Y a une nouvelle Mylène Farmer ou c'est juste un nouveau titre ?
Mylène Farmer : C'est la suite. Sans contrefaçon, ce sera extrait du prochain album que je suis en train d'enregistrer. Donc je vais être en studio jusque fin décembre.


Christophe Dechavanne : Ah oui, donc travail acharné quand même !
Mylène Farmer : Travail acharné ! L'album est prévu donc pour janvier.


Christophe Dechavanne : Ecoutez, moi je vous propose de prendre rendez-vous déjà quand l'album sortira pour un nouveau titre, alors ! Est-ce que quand l'album sortira ce sera un nouveau titre ? Parce que quand on parle de 45 tours, c'est un 45 tours qui est extrait d'un album etc. etc.
Mylène Farmer : Quand l'album sortira... on peut pas bien savoir ! Si le disque marche très bien jusque janvier, nous continuerons avec Sans contrefaçon.


Christophe Dechavanne : Ben on va pas se gêner !
Mylène Farmer : Hé !


Christophe Dechavanne : Comment va E.T. ?
Mylène Farmer : Très, très bien !


Christophe Dechavanne : E.T., c'est le petit singe. Qu'est-ce que c'est, déjà, comme singe ?
Mylène Farmer : Sajou capucin !


Christophe Dechavanne : (il n'a visiblement pas compris) Singe ou capucin ?
Mylène Farmer : (elle répète) Sajou capucin !


Christophe Dechavanne : Sage ou capucin ? Comme on veut : ou sage, ou capucin.
Mylène Farmer : Sajou ! (elle articule) Sa-jou ca-pu-cin ! (rires)


Christophe Dechavanne : Sajou capucin, très bien !


(...)


Christophe Dechavanne : "Gentlewoman" (nom de la séquence de l'émission alors diffusée, NDLR), c'est parce que bien entendu 'Gentlewoman Farmer' !
Mylène Farmer : Of course !


Christophe Dechavanne : Est-ce que vous avez déjà reçu - on m'a dit que oui donc vous allez me l'infirmer ou me le confirmer - est-ce que vous avez déjà reçu beaucoup de propositions de cinéma ? Parce que plus je regarde les clips que vous avez faits, avec certainement beaucoup d'amour parce qu'ils sont quand même bien léchés donc c'est que vous aimez ça, plus je me dis que là vous êtes mûre, quand même !
Mylène Farmer : J'ai eu beaucoup de propositions...


Christophe Dechavanne : (il l'interrompt) Il faut que vous parliez un poil plus fort pour que le public puisse participer !
Mylène Farmer : Je vais remonter le micro ! (elle relève son micro cravate)


Christophe Dechavanne : D'accord. Mettez-le dans la bouche finalement !
Mylène Farmer : (rires) J'ai eu beaucoup de propositions que j'ai refusées.


Christophe Dechavanne : Pourquoi ?
Mylène Farmer : Parce que j'avais cet album à faire, d'une part, que pour l'instant je me concentre au métier de chanteuse, que j'ai quand même un projet fin 88. Mais qui dit projet...


Christophe Dechavanne : C'est quoi ? On peut pas savoir ?
Mylène Farmer : Je ne peux absolument pas le dire.


Christophe Dechavanne : On peut pas avoir la double casquette de chanteuse et de comédienne en même temps ?
Mylène Farmer : Si, mais pour l'instant un album c'est très important, c'est le second. C'est des journées et presque des nuits de studio.


Christophe Dechavanne : Parce qu'on sait qu'un clip, par exemple, c'est du play-back bien évidemment puisqu'il y a du montage etc., là vous êtes beaucoup plus actrice sur un clip que chanteuse.
Mylène Farmer : Oui, absolument.


Christophe Dechavanne : Donc ça veut dire qu'on peut...
Mylène Farmer : Mais je pense que j'aimerais les deux métiers.


Christophe Dechavanne : Qu'est-ce qui vous ferait plaisir comme rôle ? J'ai du mal à imaginer ce qui vous ferait plaisir... Genre quoi ? Genre un truc violent un peu, quand même, parce que vous êtes bien branchée violence !
Mylène Farmer : Certainement violent... Je pense que le comique, il faut occulter ça ! (rires)


Christophe Dechavanne : C'est pas votre truc, le comique.
Mylène Farmer : Pas du tout, non ! Non, non.


Christophe Dechavanne : C'est vrai ? Vous, vous riez jamais ? Enfin on peut être gai mais pas être drôle.
Mylène Farmer : Je pense que j'ai un petit peu d'humour, pas beaucoup quand même. Plutôt cynique. Je ne ris pas souvent, je pleure plus souvent !


Christophe Dechavanne : Ça serait quel genre de rôles, alors? Je vous ai écoutée chez Denisot, vous avez dit des choses insensées parce que vous avez sorti des images que vous aimiez, les choses dont vous avez parlé c'était pas violent, c'est extrêmement violent. C'est vrai qu'en plus dans chaque clip, y a au moins une bonne giclée d'hémoglobine !
Mylène Farmer : (elle éclate de rire) C'est la faute de monsieur Boutonnat !


Christophe Dechavanne : Ah c'est monsieur Boutonnat qui vous pousse - vous voyez que vous riez quand même ! - il vous pousse dans ces retranchements-là ?
Mylène Farmer : Il aime l'hémoglobine, oui.


Christophe Dechavanne : C'est un goût à vous, quand même. Lui aussi ? (Mylène acquiesce) Bon, c'est bien comme vous travaillez tous les deux...
Mylène Farmer : Tout est parfait !


Christophe Dechavanne : Tout s'accorde très, très bien. Vous savez que j'ai une indiscrétion ? Je sais pas si je peux la dire... C'est que le clip Tristana - vous savez qu'il va y avoir les Victoires de la Musique très bientôt (...) et Tristana clip nominé aux Victoires de la Musique !
Mylène Farmer : C'est vrai ?


Christophe Dechavanne : Oui !
Mylène Farmer : Ben je suis ravie !


Christophe Dechavanne : Voilà. Surprise ?
Mylène Farmer : Surprise !


Christophe Dechavanne : Heureuse ?
Mylène Farmer : Heureuse !


Christophe Dechavanne : Quand on est nominée pour un coup comme ça, on se dit : "Ce serait bien que je l'ai", ou le fait d'être nominée, on est content ?
Mylène Farmer : Très honnêtement, moi le principal c'est de l'avoir fait, c'est d'aimer ce clip et je pense que le public l'a aimé aussi. Après, ce genre de concours, remises de prix, je n'aime pas beaucoup ça.


Christophe Dechavanne : Ça pousse un peu les jalousies, forcément, pendant au moins cinq minutes !
Mylène Farmer : Certainement. En tout cas, je serais ravie au moins pour le réalisateur, oui.


Christophe Dechavanne : Oui ? Alors, je sais qu'il y a une cassette - bon je vais pas faire la promo de tout ce que vous faites...
Mylène Farmer : Une compilation !


Christophe Dechavanne : Mais je sais qu'il y a une cassette de compilation de tous vos clips. Est-ce que le gens - ça je vous pose la question - est-ce que les gens ont la démarche d'aller acheter une cassette sur laquelle il n'y a que des clips ?
Mylène Farmer : Absolument ! Parce que nous, c'est la première fois que ça avait été fait en France, je sais maintenant beaucoup d'artistes le font, et les ventes sont considérables. Donc je pense que ça intéresse le public !


Christophe Dechavanne : Donc ça marche bien ! Le clip, c'est pas seulement un instrument de promotion pour le disque, c'est aussi un plaisir pour les gens, quoi.
Mylène Farmer : Bien sûr que oui.


Christophe Dechavanne : Les vôtres sont très, très bien foutus.


Un gong retentit. Un ordinateur pose alors deux questions.


Question posée par l'ordinateur : Le refrain qui vous irrite : "Comme tu veux, chérie...", "Alors, heureuse ?", "Tu penses à quoi ?".
Mylène Farmer : Plutôt du genre : "Alors, heureuse ?" ! (elle éclate de rire)


Question posée par l'ordinateur : Vous aimez l'amour en muet ? en mono ? en stéréo ?
Mylène Farmer : Je n'ai pas saisi la fin de la phrase ! (Christophe Dechavanne lui répète les trois propositions) J'aime le muet !


Christophe Dechavanne : Le muet ? Bien ! Alors il va y avoir tout au long de cette émission plusieurs questions...
Mylène Farmer : D'accord ! (rires)

(...)


Christophe Dechavanne : Vous avez pas le mal de mer ?
Mylène Farmer : Non, non ! (rires)


Christophe Dechavanne demande ensuite au chroniqueur Renaud Rahard quel agenda il conseille à Mylène.


Renaud Rahard : Mylène je lui conseille un Holbury, c'est ce que tout le monde à dans le show-biz ! Je crois que c'est le minimum.
Mylène Farmer : Je vous remercie : tout l'a monde l'a dans le show-biz... (rires)


Christophe Dechavanne : Oui, hein c'est fou comme partant de quelque chose d'agréable il peut être désagréable !
Mylène Farmer : Oui ! Un modeste agenda...


Christophe Dechavanne plus tard renomme pour plaisanter la marque de luxe Hermès 'Herpès', ce qui amuseMylène.


Christophe Dechavanne : C'est d'un goût douteux, hein Mylène ? Ça vous plaît pas, ça ?!
Mylène Farmer : C'est limite !

(...)

Séquence de présentation de bijoux portés par des modèles, Christophe Dechavanne demandant alors à Mylène laquelle elle préfère.


Mylène Farmer : La dernière demoiselle !

(...)

Christophe Dechavanne : Enlevez votre main mademoiselle, qu'on le voie bien !
Mylène Farmer : Cela dit, je suis un petit peu myope alors je pense que je prendrais plutôt la première demoiselle !


Nouvelles questions de l'ordinateur


Question posée par l'ordinateur : Au premier coup d'œil, il vous a frappée par sa cravate ? ses chaussures ? ses chaussettes ?
Mylène Farmer : Probablement ses chaussures ! (sourire)


Question posée par l'ordinateur : Avec les hommes, vous voyez grand ? vous coupez court ? vous faites du sur-mesure ?
Mylène Farmer : Je ne comprend pas les... (Christophe Dechavanne répète et explique les réponses) Je coupe court !
Christophe Dechavanne : Ab ben ça doit être agréable ! (rires)


Séquence avec Patrice Carmouze sur le Beaujolais nouveau.


Christophe Dechavanne : Il est bon ! Comment le trouvez-vous, Mylène ?
Mylène Farmer : Très bon ! Moi qui n'aime pas le vin, je le trouve très bon.


Christophe Dechavanne : Bon, on va reboucher la bouteille : vous pourrez partir avec !
Mylène Farmer : (rires) Je vous en prie !


Question posée par l'ordinateur : Le mot 'presse' évoque pour vous un citron ? un coup de cœur ? un bouton ?
Mylène Farmer : Un bouton ? (hésitante) Bouton !


Question posée par l'ordinateur : Collectionnez-vous les articles vous concernant ? Oui ? parfois ? jamais ?
Mylène Farmer : Euh, non. La personne qui s'occupe de mes petites affaires, qui est très proche de moi, collectionne.
Christophe Dechavanne : C'est lui qui le fait pour vous ?
Mylène Farmer : Absolument, oui.


Mylène interprète Sans contrefaçon avec ses deux danseurs.


Séquence pendant laquelle l'ordinateur reprend les réponses de Mylène aux différentes questions posées en cours d'émission. Il en ressort qu'elle est instinctive et ne se donne pas facilement.


Mylène Farmer : (elle lève un verre de Beaujolais) A votre santé !

(...)

Christophe Dechavanne : Bon Mylène, inutile de dire que j'ai été très content de faire cette émission avec vous.
Mylène Farmer : Moi aussi !


Christophe Dechavanne : Ça va ?
Mylène Farmer : Oh, je suis ravie !


Christophe Dechavanne : C'est vrai ? Dès que vous avez un truc nouveau à nous dire, faites-moi plaisir : vous nous passez un petit coup de fil et vous venez nous voir !
Mylène Farmer : C'est promis !


Christophe Dechavanne : C'est promis ?
Mylène Farmer : Promis !


Christophe Dechavanne : Je vous embrasse très, très fort !


Source retranscription : Inside Of - Référentiel des télés - Editions Why Not.


Recherche Interviews

Rechercher dans les interviews
de Mylène Farmer