MF 24/7 : les brèves

Pas de bonus!
Désobéissance vinyle blanc ...
Photos du livre
Livre 2.99 ? NOZ
Désobéissance Cover de NVRM...
Reprise Sans contrefacon

Mylène Farmer - Interview - Skyrock - 31 mai 1996






Interview réalisée le lendemain du premier concert du Tour 1996 à Toulon.
Interview diffusée dans la matinale de Skyrock (qui n'était pas encore une radio rap/rnb) animée par Cauet vers 07h30.


Le saviez-vous

Quelques anecdotes rappelées ou racontées lors de l'émission durant laquelle l'interview est diffusée :
- Mylène exige des journalistes qui l'interviewent qu'ils la vouvoient par signe de respect
- Le journaliste de France 3 qui interviewait Mylène le même jour pour le "19-20" juste avant celui de Skyrock a posé une question qui a fortement déplu à Mylène lui précisant qu'elle proposait des shows à l'américaine mais qu'elle n'avait pas de voix. Mylène lui aurait alors indiqué la sortie accompagné d'un "au revoir".
- Cauet annonce qu'il va assister au concert de Mylène le 01er juin à Bercy.



Skyrock : Sa véritable motivation pour remonter sur scène ?
Mylène Farmer : Une vraie, vraie envie profonde. Un vrai désir que de retrouver le public. Donc, dur en aucun cas. Maintenant, un spectacle de deux heures est toujours difficile. Avec beaucoup de changements de costumes, ça c'est exercice assez difficile. Mais non, j'ai pris vraiment, vraiment un grand plaisir.


Quand a-t-elle décidé de remonter sur scène ?
J'ai décidé de monter sur scène un peu tardivement. C'est-à-dire, j'ai travaillé à peu près - nous avons travaillé - deux mois, je crois, ce qui est très peu. Il y avait des postes séparés sachant qu'il y avait des réunions et des désirs précis. Maintenant, j'ai fait appel à une équipe de concepteurs, donc, d'images avec qui j'ai beaucoup parlé, chanson par chanson et, eux après m'ont apporté leur talent, leurs idées. De même, chorégraphiquement, j'ai fait appel à deux chorégraphes (Christophe Danchaud et Jaime Ortega, ndlr) plus mes propres chorégraphies. J'ai réellement souhaité sur ce spectacle avoir des talents extérieurs, différents parce que je pense que ça peut apporter quelque chose.


Comment vivre bien à Los Angeles ?
Non, je vis à Paris. Néanmoins, j'aime bien le voyage. J'aime bien Los Angeles sur des périodes courtes. C'est une ville violente, mais ça, nous, nous ne le savons pas parce qu'on est quand même dans des quartiers un peu plus protégés. Donc, je ne vais pas mentir et vous dire que j'ai été confrontée à cette violence mais elle existe vraiment, bien évidemment. Maintenant, Los Angeles, non, est une ville qui est difficile parce que la rencontre est difficile. Maintenant, moi, j'y ai trouvé l'espace, j'y ai trouvé une idée de liberté et de repos - en tout cas pour l'esprit - et ça a été parfait pour cette période.


Quels sont les artistes préférés de Mylène Farmer ?
J'aime beaucoup MC Solaar parce qu'il a apporté, indépendamment de ce rythme rap et de ces boucles, une vraie richesse dans ses textes et, c'est quelqu'un que j'aime beaucoup, oui. Sinon, j'aime beaucoup U2, j'aime beaucoup Peter Gabriel...  Quand on doit les évoquer, on les oublie ! (rires) J'aime Bob Marley, j'aime Eagles, j'aime beaucoup de choses... j'aime Alanis Morisette... pardon, j'écorche son nom (Mylène avait écorché le prénom de la chanteuse avant de se reprendre, ndlr)... j'aime beaucoup, beaucoup !


Et la dance dans tout ça, puisque chaque titre sorti dans le commerce a une version dance. Que penses-t-elle de la dance ?
J'aime l'idée de danse. J'aime regarder les gens danser. J'aime cette évasion. Donc, j'aime l'idée qu'il y ait des dance remixes, oui. J'aime beaucoup le remix, en revanche, de "I miss you". (Mylène a hésité sur le titre. Il s'agit en fait de Missing du groupe Everything But The Girl)


Comment va E.T. (son singe capucin, ndlr) ?
E.T. est toujours à la maison. Les singes n'ont pas le droit de voyager. Elle a été obligée de rester... Le singe est interdit, de tout façon, ce n'est pas un animal que l'on doit domestiquer. Mais elle va bien, merci ! (rires)

Recherche Interviews

Rechercher dans les interviews
de Mylène Farmer