Les brèves

Photo Laurent Boutonnat
Clip #mesuistrompée 5 juin....
JULIA EN DIRECT SUR VOLTAGE
Montage jusqu'à fin semaine...
MYLENE DANS LA PRESSE
Sun'Hit - Journée MF le 7 j...

Mylène Farmer / Sting / Martin Kierszenbaum - Interview - Europe 1 - 10 novembre 2015



  • Date
    10 novembre 2015
  • Média / Radio
    L'interview découverte - Europe 1
  • Interview par
    Caroline Roux
  • Fichier
  • Catégories interviews


Interview diffusée le mardi 10 novembre 2015 à 09h.
Interview enregistrée la veille dans une suite de l'hôtel Royal Monceau à Paris.
Interview pour la promotion de l'album Interstellaires sorti le 06 novembre et réunissant Mylène, Sting et Martin Kierszenbaum.


Caroline Roux : Bonjour à tous les trois. Mylène Farmer, est-ce que vous vous souvenez de votre première interview sur Europe 1. C'était le 05 mars 1984. Cette interview s'appelait "Découvertes", comme celle d'aujourd'hui et vous étiez interviewée à l'époque par Jean-Pierre Elkabach. Écoutez. (diffusion d'un extrait de cette interview que vous pouvez écouter en intégralité sur cette page : https://www.mylene.net/media/mylene-farmer-radios_1984.php, ndlr). Vous ne vouliez pas être une petite fourmi dans la masse ? Ça, ça s'est plutôt bien passé, non ?
Mylène Farmer : Ça s'est bien passé ! C'est toujours le cas, d'ailleurs. (rires) Mais je ne me souvenais pas, mais je me souviens de l'homme, en tout cas. Pas de l'interview, mais de Jean-Pierre Elkabach, très très bien.


Caroline Roux : Quand vous dites : "C'est toujours le cas", qu'est-ce que ça veut dire ? Trente ans plus tard, trente millions de disques vendus plus tard, vous avez toujours peur d'être une petite fourmi dans la masse ?
Mylène Farmer : Non. J'ai toujours besoin de cette différence qui est essentielle à ma vie.


Caroline Roux : Qu'est-ce qui l'emporte quand vous écoutez un extrait comme celui-ci ? La fierté au fond d'avoir réussi un rêve, c'était un rêve à l'époque. Ou la nostalgie ?
Mylène Farmer : Non, je parlerais plutôt d'émotion. Je trouve ça émouvant, une petite voix. Peut-être moins... moins prononcée que celle-ci, mais finalement l'effet interview est à peu près toujours le même pour moi. Un exercice un peu difficile.


Caroline Roux : Vous revenez avec un album qui s'appelle Interstellaires, en duo avec Sting sur Stolen Car. Je vous pose la question à tous les deux : qu'est-ce qui vous bluffe chez l'autre ?
Mylène Farmer : Si c'est une réponse courte, ce sera difficile mais...


Caroline Roux : On a le temps !
Mylène Farmer : ... c'est un homme de multiples talents, c'est un homme qui est d'une grande générosité, d'une grande humilité. Et c'est avant tout un homme charismatique, qui a une voix absolument phénoménale. C'est quelque chose d'assez... c'est un rêve, un rêve éveillé pour moi, réellement.


Caroline Roux : Et Sting, qu'est-ce qui vous bluffe chez Mylène Farmer ?
Sting : C'était très intéressant d'écouter sa voix. C'est plutôt une voix de petite fille, un petit peu. Toujours la même humilité. Malgré le succès, malgré la célébrité elle n'a pas changé d'un iota. C'est une femme magnifique. Et c'est ça qui est superbe. Souvent les gens sont transformés par le succès, ça leur monte à la tête. Alors que elle, non ! Elle est restée ce qu'elle est. Et c'est merveilleux.


Caroline Roux : Je vous propose qu'on écoute un extrait de Stolen Car. (diffusion d'un extrait de la chanson, ndlr) Est-ce qu'il y a une appréhension quand on partage le micro avec une autre voix, un autre talent ? Est-ce que c'est un exercice pour vous qui a été un peu stressant ?
Mylène Farmer : Oui, parce que quand on est seul, ma foi, on est livré à soi-même, à un micro et à un ingénieur. Là, il y a un avis, et qui est au combien important, et c'est un vrai partage. Donc c'est très important, bien sûr.


Caroline Roux : C'est-à-dire qu'à un moment donné on a peur d'être jugé... par l'autre ? Je vous pose la question à tous les deux...
Mylène Farmer : Non, jugée... Dès l'instant que Sting a répondu : "Oui, je souhaiterais faire ou j'accepte de faire un duo avec vous", je sais quel homme il est. Donc ce n'est pas du tout dans le jugement. C'est juste l'envie justement de partager.


Caroline Roux : Parfois, on peut décréter qu'on va collaborer et puis les choses se passent pas avec ce petit côté magique qu'on sent entre vous. Là, même maintenant...
Sting : Absolument ! Cette magie, elle est là ! Et en tout cas ma formule pour ce genre d'expériences en duo c'est que un plus un font trois plutôt que deux. C'est-à-dire que l'on obtient quelque chose de nouveau, quelque chose d'inattendu. Alors, il faut prendre un risque, il faut prendre des risques pour y arriver. Et moi, je suis ravi du résultat. Moi j'aime bien m'amuser en studio, j'aime bien entendre ce que les autres font et réagir à ce qu'ils font, et changer de tonalité ça ne me gênait pas ; effectivement je n'étais pas dans ma zone de confort, c'était un challenge, c'est vrai.


Caroline Roux:  Alors, Martin Kierszenbaum, vous êtes producteur de l'album. C'est la première fois que Mylène Farmer fait un vrai lancement outre-Atlantique avec un album. Comment est-ce qu'elle est perçue comme artiste ?
Martin Kierszenbaum : Mylène est très respectée par la communauté musicale, en tout cas. Les gens la connaissent grâce à ses succès internationaux, mais également ses oeuvres musicales sont très très progressistes.


Caroline Roux : C'est une angoisse pour vous Mylène Farmer cette idée de lancer pour la première fois un album outre-Atlantique. Il y a une petite appréhension ?
Mylène Farmer: Non, je suis tentée pour une fois dans ma vie de parler d'amusement plus que de tragédie. (rire) Mais... non, c'est pas même un enjeu, c'est une envie, c'est un amusement.


Caroline Roux : Mylène Farmer, habituellement, vous annoncez toujours une tournée avec la sortie de votre album. Alors, cette fois-ci c'est pas le cas, c'est : "Non, non, non !", c'est : "Non, peut-être ?", c'est : "Non, vous verrez bien !" ?
Mylènr Farmer : Non, parce qu'on ne peut pas jouer avec les non, là pour le coup, c'est un non parce que je... Vous dire que je n'ai pas envie de retrouver le public sur scène, ce serait mentir, mais pour l'instant, c'est non parce que de toute façon il faut un an de préparation, et là, c'est impossible pour moi.


Caroline Roux : En 1984, Mylène Farmer, Jean-Pierre Elkabach vous souhaitait "Bonne chance" au nom d'Europe 1. En 2015, tout simplement aujourd'hui, merci de la part d'Europe 1.
Mylène Farmer : Merci beaucoup.


Caroline Roux : Bonne journée à vous trois.
Mylène Farmer : Merci beaucoup.


MF 24/7

Photo Laurent Boutonnat
Clip #mesuistrompée 5 juin....
JULIA EN DIRECT SUR VOLTAGE
Montage jusqu'à fin semaine...

Duel singles

Voter
2001
Les mots (avec Seal)
Voter
2018
N'oublie pas (avec LP)

Résultat du vote

63%
37%

Vidéos

Clip "Des larmes"

10/05/2019

Publicité concerts 2019 - M6

18/02/2019

Publicité concerts 2019 - W9

18/02/2019

Teaser concerts 2019 Paris La Défense Arena

19/12/2018

La minute musique - TF1

02/12/2018

Clip "Désobéissance"

28/11/2018

50' Inside - La saga "Désenchantée"

10/11/2018

Publicité album "Désobéissance" - Spot "Rolling Stone"

10/11/2018

Dernière presse

VSD - 28 février 2019
Le Parisien - 18 février 2019
CNews - 5 février 2019
France Dimanche - 8 Février 2019

Dernière presse

VSD - 28 février 2019
Le Parisien - 18 février 2019
CNews - 5 février 2019
France Dimanche - 8 Février 2019
Gala - 31 janvier 2019

Dernières photos

Mylène Farmer - Photographe : Jean-Baptiste Mondino - 2018Mylène Farmer - Photographe : Jean-Baptiste Mondino - 2018Mylène Farmer - Photographe : Jean-Baptiste Mondino - 2018Mylène Farmer - Photographe : Jean-Baptiste Mondino - 2018Mylène Farmer - Photographe : Jean-Baptiste Mondino - 2018Mylène Farmer - Photographe : Jean-Baptiste Mondino - 2018

Dernières photos