Les brèves

Un camionneur fan de Mylène...
TOP FRANCE
Fin du montage
Interview de Julia
Coup coeur MF Défense Arena...
MF 2019

Mylène Farmer - Interview - Pulse - Mars 2000






Ce magazine (et donc l'interview) est publié en deux versions : en russe et en anglais.


Vous avez dit dans une de vos interviews que "les coïncidences sont importantes : quand tout est fait et dit, il ne vous reste plus que les coïncidences pour pimenter votre vie". Quelles coïncidences vous ont tout particulièrement marquée ?
Je ne me souviens pas avoir dit de telles choses mais je suis tout à fait d'accord. La principale coïncidence de ma vie est la rencontre avec Laurent Boutonnat. Mon souhait, à la base, était de devenir actrice. Si on m'avait dit que je ferais carrière dans la chanson, je ne l'aurais pas cru. Laurent Boutonnat a vu en moi des talents cachés et, à partir de là, ma vie a changé. Il a également réalisé mes premiers clips. Ensuite, j'ai joué dans son premier film.


Pensez-vous que les animaux sont "plus humains que les humains" ?
Cela dépend des animaux et des êtres humains. Je suis introvertie et ne sors que rarement. Contrairement à d'autres personnes, je n'ai pas besoin de communication sociale importante.


Vous citez souvent Montaigne, Edgar Allan Poe et Baudelaire comme vos auteurs préférés. Lisez-vous d'autres auteurs ?
Je n'ai pas vraiment d'auteur ou de style préférés. Je suis une lectrice omnivore avec une préférence pour les nouvelles et la poésie française.


Le Mylenium Tour est-il un événement du nouveau millénaire ? Qu'a-t-il de différents avec vos précédentes tournées ?
Ce show est plus poétique et lyrique. Je chante des chansons plus lentes. Ce show a deux héros : ma déesse et moi-même. Le célèbre peintre Giger m'a 'offert' cette immense statue articulée. Si vous aimez le cinéma, vous vous souviendrez de quelques films hollywoodiens comme Stranger, Dune ... Sa création est inspirée de l'Ancienne Egypte. Elle est plus qu'un élément du décor. Elle joue un rôle majeur dans mon spectacle.


Certaines critiques avaient leurs raisons de vous accuser d'une trop grande passion pour le grandiose. Il y a ici 10 tonnes d'équipement sonore, une quinzaine de camions... Pensez-vous que cela vous corresponde réellement ?
C'est ma décision en tout cas. L'humanité d'un spectacle ne tient pas au nombre de musiciens, de techniciens ou encore d'équipement. Si l'artiste manque de communication avec son public et manque de personnalité, rien ne pourra sauver sa prestation.


Avez-vous quelque chose à dire par rapport à ce nouveau spectacle ?
J'ai changé plus que ma coiffure! J'ai récemment changé. Je dois certainement être dans une nouvelle phase de ma vie. Mais je ne peux pas vous donner plus de détails. Je garde ma vie privée loin de ma vie de scène. Chacun passe par différentes phases dans sa vie. J'avais l'habitude d'être peu sûre de moi-même. Maintenant, je me sens plus équilibée.


Comment expliquez-vous ce changement ?
Je ne sais pas... Plutôt que de vivre dans mon passé, j'ai choisi de positiver. Dans la cadre du catéchisme à l'école primaire, on nous avait emmenés dans un hôpital pour enfants handicapés. Ce que j'ai ressenti a terriblement affecté ma vie depuis. Je ne peux pas tuer un être vivant, même pas un insecte ! Je ne mange pas de viande. Je ne me vante pas mais chaque personne a ses forces et ses faiblesses. J'ai également les miennes.


Y-a-t-il des choses que vous n'aimez pas dans le show business d'aujourd'hui ?
Les stéréotypes... Cette façon de créer des pop stars selon un critère... La presse est également à blâmer. Les paparazzis ne prennent pas le temps de vérifier ce qu'il y a derrière la vie de scène. Qui est avec qui, combien gagnent telle ou telle personne... C'est humiliant. Derrière chacune de mes chansons se cache une période de ma vie. Cela est triste de voir titrer  "Mylène Farmer, les jambes les plus belles de la chanson française..."


Que pensez-vous de la scène française et comment la voyez-vous par rapport à la scène américaine ?
Je me tiens peu au courant de ce que les autres artistes font. Je suis une personne conservatrice. Je fais partie de la chanson française comme l'étaient Serge Gainsbourg et Barbara. J'écoute Dutronc ou Reggiani. J'ai également deux passeports et je me sens bien de l'autre côté de l'Atlantique. L'un des plus grands événements musicaux selon les critiques est Notre-Dame de Paris mais je ne l'ai pas vu. Les chansons francocanadiennes sont la preuve du pouvoir créatif du Québec. Robert Charlebois, Daniel Lavoie, Diane Dufresne, Bruno Pelletier ou Garou... Le courant français est international, comme le courant musical américain.


C'est votre première tournée russe. Comment ressentez-vous notre pays ?
Le Canada et la Russie ont beaucoup de choses en commun. Vos hivers sont rudes et blancs tout comme celui de Montréal au Canada. J'ai toujours voulu en savoir plus sur votre pays. J'ai fait trois ans de russe à l'école. Je suis venue une fois à Moscou et à St Pétersbourg. J'ai préféré St Pétersbourg. Je suis ravie à l'idée d'y revenir. Je suis toujours très excitée avant mes concerts. J'espère que ma bonne étoile ne me quittera pas à ce moment-là.


source traduction : Mylène Farmer Magazine - Avril / Mai / Juin 2000 - N°15

Recherche Interviews

Rechercher dans les interviews
de Mylène Farmer