MF 24/7 : les brèves

La discothèque idéale FNAC...
non stop people special MF
Photo récente L. Boutonnat
Technique : concert 2019
maxi 45 tour réedition
Album Indissociables Youtub...

Mylène Farmer - Interview - Télé Star - 11 avril 1988






Auteur à part entière sur l'album Ainsi soit je... :
Mylène Farmer : Une progression normale. Ecrire est devenu un plaisir, un besoin. Enfant, j'ai toujours été encline à l'auto-censure. Impossible de tenir un journal, malgré mon envie. Il me fallait découvrir les autres, qui s'appelaient Maupassant, Edgar Poe ou Strindberg...


Son arrivée en France :
Mylène Farmer : Un choc violent. Heureusement, les enfants ont de réelles facilités d'adaptation. A Paris, les rapports étaient froids, concis. Au Canada, par exemple, un anniversaire ne se fête pas en petit comité. Quelquefois, cent gosses sont invités !


Mylène à 10 ans :
Mylène Farmer : J'avais envie de faire tout ce que les autre ne faisaient pas, frappée par cette peur panique de ressembler à quelqu'un. Ce que je suis aujourd'hui n'est que la concrétisation de cet état d'esprit.


Mylène ne fait pas l'unanimité et a parfois méprisé certains :
Mylène Farmer : Je fais des caprices de star, donc je suis une star !
Depuis mes débuts, je n'ai accepté aucune concession. La qualité que j'admire le plus: l'intégrité. Et je remercie la vie qui m'a permis de suivre ce chemin.


Laurent Boutonnat :
Mylène Farmer : Nos univers sont parallèles. Laurent est un romantique, avec tout ce que cela comporte d'extrême.


La comparaison de Sans contrefaçon avec la chanson de Sylvie Vartan Comme un garçon (la bonne santé de l'héroïne des années soixante remplacée par une bonne dose d'ambiguïté) :
Mylène Farmer : On est dans une ère de dépression qui mène fatalement à la décadence. La jeunesse actuelle vit dans un mélange de désespoir et a parfois envie de hurler.


Mylène jour le petit élément pervers et anachronique ?
Mylène Farmer : Ce dialogue entre le public et moi montre bien que nous sommes sur la même longueur d'ondes, non ?


Le cinéma :
Mylène Farmer : A dix-huit ans, je payais mes cours avec Daniel Mesguisch en faisant le mannequin. Me lancer dans la comédie à cet âge aurait été une erreur. Maintenant je suis prête. La chanson m'a nourrie...

Recherche Interviews

Rechercher dans les interviews
de Mylène Farmer