MF 24/7 : les brèves

Scène de côté
Reprise Amel bent catastrop...
Confidences Magazine
Retour de la cassette audio...
Vidéo inédite ????
Titre archive avant concert

Mylène Farmer - Interview - RTL - 16 octobre 1995






Interview pour la promotion de l'album Anamorphosée qui sort le lendemain, le 17 octobre. Mylène est invitée en direct à la fin du journal de 18h de RTL.


Jean-Marie Lefebvre : A la fin de cette édition, celle que vous êtes extrêmement nombreux à attendre, vu le nombre de coups de téléphone depuis ce matin : Mylène Farmer, pour son nouvel album chez Polydor, Anamorphosée. Il sortira demain ! Son grand retour à la chanson après plus de trois ans d'absence !


Diffusion du journal.


Jean-Marie Lefebvre : 18h23 sur RTL ! Elle est là ! Mylène Farmer ! Après une dernière page de publicités.


Pause publicitaire.


Jean-Marie Lefebvre : Mylène Farmer, bonsoir !
Mylène Farmer : Bonsoir !


Jean-Marie Lefebvre : Après trois ans d'absence, un nouvel album, Anamorphosée, qui sortira demain chez Polydor, qui a été enregistré en Californie. Douze chansons que vous avez écrites dans des compositions de votre complice, Laurent Boutonnat... (la chanson Tomber 7 fois a été composée par Mylène, ndlr)
Mylène Farmer : Hmm, hmm...


Jean-Marie Lefebvre : Alors pourquoi ce départ ? Certains disent que c'est après le fait que le film que vous avez tourné, Giorgino, n'a peut-être pas marché aussi bien que ce que vous souhaitiez. C'est pour ça ? Ou vous aviez envie d'aller en Amérique ?
Mylène Farmer : Pas précisément ! J'avais l'idée du voyage... je crois, bien avant le film. Et il se trouve que j'ai terminé le film, qu'il est sorti, et que j'ai eu envie d'effectuer ce voyage.


Jean-Marie Lefebvre : Alors, un voyage qui vous a amenée en Californie, et vous y avez tourné un clip, d'ailleurs, une des chansons du disque, cet album, qui a été enregistré sur place : XXL.
Mylène Farmer : A Fillmore, qui est à une heure de Los Angeles, et qui est un endroit où sont regroupées toutes les orangeraies. Et il y a surtout ce lieu assez magique, ces chemins de fer...


Jean-Marie Lefebvre : ... des années 30, 40. On a l'impression que c'est Steinbeck ou les films de Charlie Chaplin...
Mylène Farmer : Oui... C'est une référence !


Jean-Marie Lefebvre : C'est du noir et blanc, en plus, c'est très beau !
Mylène Farmer : Le train date de 1906. Et l'idée, donc, de ce train et de cette figure de proue, a été suggérée par le réalisateur lui-même. (Marcus Nispel, ndlr)


Jean-Marie Lefebvre : Et ce qui fait que vous ressortez encore mieux avec cette espèce de tulle blanc autour de cette vapeur, de cette fumée et de ce train noir et...
Mylène Farmer : C'était, en tout cas, une idée assez magique, oui.


Jean-Marie Lefebvre : ... et le noir et blanc ! Alors... Racontez-nous un peu comment est-ce que vous avez écrit ? Bon, ce sont des chansons très américaines, mais que je trouve très optimistes !
Mylène Farmer : Avec plus d'espoir, oui, certainement ! (Silence) Je crois avoir en moi cette chose aujourd'hui... Je crois n'avoir plus cette appréhension, en tout cas cette peur, qui était ma peur de la vie en général. Je crois avoir découvert l'idée d'une vie après la mort, donc cette acceptation est quelque chose... un changement assez bouleversant dans ma vie.


Jean-Marie Lefebvre : Et alors ce changement assez bouleversant de votre vie, il s'est produit par étapes ou il y a un déclic ? Vous pouvez dire : "Tiens, c'est ce jour-là" ? Vous savez...
Mylène Farmer : Non ! Je crois que c'est difficile de vous raconter comment ça s'est passé, de quelle manière cela s'est produit, si ce n'est que j'ai eu une rencontre assez incroyable, qui est la rencontre d'avec un livre qui s'appelle Le livre tibétain de la vie et de la mort. Et c'est un ouvrage qui m'a, d'abord, beaucoup, j'allais dire, touchée, mais qui m'a beaucoup aidée... qui a eu un effet d'un baume.


Jean-Marie Lefebvre : Et de déclic, aussi ?
Mylène Farmer : Et certainement de déclic ! Si ce n'est que le déclic s'était produit avant, et la vie fait que, parfois, vous rencontrez ou des êtres ou des lectures, et ce sont des rencontres qui sont très, très fortes et fondamentales pour votre vie.


Jean-Marie Lefebvre : Donc, en fait, c'est un album qui est capital, qui est une nouvelle étape dans votre vie ? Il traduit cette espèce d'optimisme. Il y a les phrases : "Tomber 7 fois, si tu tombes 7 fois, toujours te relever 8". Il y a : "Je vertige de vivre". On sent, quand même, qu'il y a là un espèce de grand souffle malgré les coups durs. Ou XXL : "On a toutes besoin d'un homme et d'amour". (sic)
Mylène Farmer : Oui ! Oui, je crois que ça, ça faisait, de toute façon, partie de moi, mais c'est vrai que j'ai eu... aujourd'hui, en tout cas... plus de facilités, et surtout l'envie que de communiquer ça, oui !


Jean-Marie Lefebvre : Et alors, "anamorphosée", c'est l'image, selon le dictionnaire...
Mylène Farmer : Oui...


Jean-Marie Lefebvre : ... l'image d'un objet déformée par certains dispositifs optiques, notamment les miroirs cylindriques.
Mylène Farmer : Oui ! (Rires) Non. Moi j'ai trouvé en "anamorphosée", justement, cette... ma perception du monde qui s'est agrandie, qui s'est élargie, et j'ai pensé à l'anamorphose. C'était, pour moi, le moyen de rassembler toutes ces sensations pour n'en faire qu'une et pure. Voilà mon idée de l'anamorphose !


Jean-Marie Lefebvre : Et, en fait, qui est un peu la continuité de votre évolution intérieure ?
Mylène Farmer : Bien sûr !


Jean-Marie Lefebvre : Et c'est dans California... C'est dans la première chanson : "C'est sexy le ciel de Californie / Sous ma peau j'ai L.A. en overdose / So sexy le spleen d'un road-movie / Dans l'rétro ma vie qui s'anamorphose"...
Mylène Farmer : Hmm, hmm...


Jean-Marie Lefebvre : "Dans l'rétro", oui...
Mylène Farmer : (qui rit) Oui. Il y a cette idée du cinémascope et... donc, de l'anamorphose aussi, de cette compression d'image. Mais une fois de plus, c'est au-delà du mot, finalement.


Jean-Marie Lefebvre : En fait, vous aimez beaucoup bouger, vous aimez le voyage ?
Mylène Farmer : J'ai découvert le voyage et j'avoue que j'ai du mal à rester en place maintenant ! J'aime... j'aime oui, découvrir, j'aime apprendre.


Jean-Marie Lefebvre : Mais en fait, c'est un voyage constructif ? Ce n'est pas une forme de fuite ?
Mylène Farmer : Non, du tout ! Du tout ! Ça sera aussi bref que ça, mais ce n'était pas une fuite, non. C'était... l'idée de... de se retrouver, ou d'essayer, je ne sais pas, de nourrir sa vie d'une façon différente. Et c'était plus du domaine de l'urgence, en fait, que de la fuite.


Jean-Marie Lefebvre : Et... la sensualité de Mylène Farmer ?
Mylène Farmer : Heu... je ne sais pas ! (Petit rire) Ce n'est pas à moi de l'évoquer, en tout cas !


Jean-Marie Lefebvre : En tout cas, elle est toujours présente !
Mylène Farmer : (qui a un petit rire gêné) C'est gentil !


Jean-Marie Lefebvre : Et dans les voix et dans... Alors justement, je trouve aussi... Autre changement, je trouve, dans la sonorité. C'est plus du hard rock cette fois-ci, non ?
Mylène Farmer : (Rire) Oui... ! Non, je ne pense pas ! Mais c'est vrai qu'il y a des instruments... beaucoup plus d'instruments live et que, fatalement, c'est une production différente, donc des sonorités différentes. Et peut-être cela fait-il appel à d'autres mots, et une autre forme... j'allais dire d'expression... non, puisque je chante, si ce que... une envie de chanter peut-être différemment.


Jean-Marie Lefebvre : Et alors de chanter comment ?
Mylène Farmer : Je pense par exemple à L'Instant X, qui a une voix un petit peu plus... Déjà, c'est un registre qui est beaucoup plus grave pour moi. Et puis une façon un petit peu plus... je ne trouve pas le mot... un peu plus grave, un peu plus balancée, comme on dit vulgairement. (Petit rire)


Jean-Marie Lefebvre : Est-ce que, à ce plaisir de vous retrouver sur un album, est-ce qu'on va avoir l'autre plaisir de vous voir bientôt sur scène ?
Mylène Farmer : Merci pour le plaisir, en tout cas... Je n'ai pas la réponse encore. Je crois que je le ferai, mais je préfère ne pas en parler, puisque je ne l'ai pas moi-même formulé, en tout cas formulé à moi-même. (Ndlr : Mylène n'annoncera son retour sur scène que le 14 décembre 1995, dans l'émission Studio Gabriel, présentée par Michel Drucker sur France 2. La mise en vente des billets débutera, elle, en mars 1996 pour un début de tournée le 25 mai 1996)


Jean-Marie Lefebvre : Mylène Farmer, merci d'avoir été l'invitée de ce RTL 18h. Je rappelle donc que votre nouvel album, « Anamorphosée », sera demain chez tous les bons disquaires. C'est chez Polydor ! (petit rire de Mylène) Il est 18h31 ! Ce journal est terminé ! (...)
Mylène Farmer : Merci...



merci au Styx Magazine spécial Mylène Farmer - Référentiel des radios - 2013 - Editions Sunset Pubishing


Recherche Interviews

Rechercher dans les interviews
de Mylène Farmer