MF 24/7 : les brèves

Concours TICKET OF THE YEAR
Live 2019 Classement Amazon
best of MF 2001-2011
Photo Livre de scène en scè...
prix trône
De scène en scène

Mylène Farmer - Interview - OK ! - 24 octobre 1988



  • Date
    24 octobre 1988
  • Média / Presse
    OK ! (N°667)
  • Interview par
    -
  • Fichiers
    Mylène Farmer Presse OK ! 24 octobre 1988  Mylène Farmer Presse OK ! 24 octobre 1988
  • Catégories interviews



J'aime le rêve ou le cauchemar :
Que mes rêves soient positifs ou angoissants j'aime m'en souvenir en tout cas. Il faudrait que j'arrive à les noter tous les matins car c'est une découverte de soi-même formidable. Chaque soir, au moment de m'endormir, je me prépare à rêver, c'est un vrai travail de concentration passionnant. En l'occurrence, j'ai beaucoup de rêves violents dans lesquels il y a très souvent du sang mais j'ai appris que ça n'était pas forcément négatif. Et puis je rêve aussi de souris : ça ne m'étonne pas, on me dit si souvent que je ressemble à cet animal que mon inconscient a dû en faire mon propre symbole.


J'aime assister au montage de mes clips :
Avec le montage on peut tout faire, tout détruire ou tout sublimer, tout faire basculer. C'est magique et tragique à la fois. J'ai toute confiance en Laurent Boutonnat qui réalise mes vidéos mais c'est déroutant de se voir à l'écran et j'aurais parfois envie de couper certains plans où je ne me plais pas mais qu'il garde car ils lui paraissent essentiels dans la construction de l'histoire. Ça n'est pas toujours facile de faire abstraction de soi en images, d'avoir suffisamment de recul pour privilégier le film, mais c'est absolument passionnant.


J'aime toucher la terre :
J'ai fait de la poterie pendant très longtemps et quelqu'un dans ma famille est sculpteur, c'est peut-être de là que me vient la passion pour la terre. Enfin toujours est-il que j'adore ça. Il m'est même déjà arrivé d'acheter un sac de terre puis de ne plus trop savoir qu'en faire. Dans le clip de Ainsi soit je... et dans celui de Pourvu qu'elles soient douces j'ai dû me rouler dans la boue comme des enfants et j'ai ADORÉ ÇA !


J'aime ces vers de Baudelaire (L'Horloge) :
"Le temps est un joueur avide qui gagne sans tricher. À tous coups, c'est la loi"


J'aime les chaussures :
J'ai carrément une envie féroce de collectionner les chaussures comme des objets que je trouve beaux. J'aime les chaussures un peu théâtrales, stylisées en tout cas. Avec des talons bobines, des vraies formes travaillées. En ce qui concerne la matière, c'est le cuir bien entendu, quant aux couleurs je penche toujours vers des teintes sombres. Je déteste ce qui est tape-à-l'oeil. Et en même temps, après avoir dit bonjour à quelqu'un ce sont ses chaussures que je regarde ! Pour choisir les miennes, je suis fidèle à quelques magasins et puis je feuillette les journaux de mode. Quand une paire me plaît, je suis capable de l'acheter en plusieurs exemplaires. Je fais toujours ça pour celles que j'utilise lors de mes passages en télévision. Mon rêve serait d'avoir une pièce remplie de chaussures, juste comme ça, pour la décoration. En attendant, j'en ai déjà exposé une paire dans ma chambre.


J'aime le contact avec les animaux :
Je regarde énormément les émissions sur les animaux à la télévision. Mon rêve serait d'habiter une grande maison remplie d'animaux. Un loup, un âne, un tigre, un faon, des singes, des chevaux... Tout ça bébés, pour pouvoir les voir grandir. Grâce au clip de Pourvu qu'elles soient douces, j'ai renoué avec le cheval. Cela faisait longtemps que je n'en avais pas fait. C'était une monte plus instinctive, moins académique que ce qu'on m'a appris. Et ça m'a donné envie d'apprendre à faire des cascades à cheval.


J'aime lire un auteur dans la totalité de son oeuvre :
Ça ne m'était encore jamais arrivé mais après avoir lu un roman de Julien Green, j'ai eu envie de connaître les autres livres qu'il avait écrits. J'en ai déjà lu trois et commandé tous les autres chez mon libraire. Ça m'amuse de retrouver un style, une ambiance que j'ai appréciés d'un bouquin à un autre.


J'aime l'hiver :
Je déteste lorsqu'il fait chaud. Peut-être est-ce lié à mon lieu de naissance, qui est le Canada. En tout cas, j'aime mille fois mieux mourir de froid que de chaud. Sans compter que pour le coté esthétique des choses, c'est tout de même moins désagréable de voir quelqu'un congelé que décomposé. J'adore les vêtements d'hiver. D'ailleurs, je viens d'investir dans une parka et je n'ai qu'une hâte : qu'il fasse vraiment très froid pour que je puisse la mettre.


Recherche Interviews

Rechercher dans les interviews
de Mylène Farmer