Les années Interstellaires

Rolling Stone, le 23/09/2015

Il y a quelques années, j’étais allée à Londres voir l’un de ses spectacles qui se déroulait dans une église (Songs from the Labyrinth à l’église St. Luke’s Church). J’avais trouvé cela très impressionnant, très beau et poétique. Alors, (l’année dernière), j’ai pris l’avion pour New York, parce que je voulais vraiment voir sa pièce, The Last Ship, et je l’ai trouvé très émouvante et sombre. Les chansons étaient très belles, le jeu des acteurs incroyable et j’en suis tombée amoureuse.

Rolling Stone, le 23/09/2015

J’ai demandé à Sting si il serait d’accord pour qu’il y ait des paroles en français et il a dit : « Ok! ». Ma traduction était très proche de ce qu’il avait écrit initialement, et puis j’ai ajouté quelques petites choses qui étaient vraiment françaises et dans mon style. En fait, c’est vraiment comme une conversation entre eux deux et c’est ce qui était intéressant pour moi aussi.

Rolling Stone, le 23/09/2015

Quand j’écris une chanson, j’ai besoin d’être seule. Cachée dans le recoin d’une pièce et alors, j’écris. J’en ai désespérément besoin – et c’est mieux ainsi.

Rolling Stone, le 23/09/2015

Le clip, c’est un réalisateur français, Bruno Aveillan, qui est un homme très talentueux et l’un de mes amis. Il a fait de nombreuses publicités pour Cartier, Guerlain, etc. Il fait les choses magnifiquement et cela ressemble à des tableaux. J’ai montré son travail à Sting parce que je pensais que ce serait adapté à l’histoire, parce que cette chanson est déjà comme un petit film. Et il a été d’accord. Et nous avons tourné – je crois deux jours ? Sting a travaillé beaucoup plus que moi parce qu’il jouait deux rôles

Rolling Stone, le 23/09/2015

Je me suis cassée la jambe en deux morceaux il y a cinq mois, et c’est presque réparé à présent. Mais je devais porter des talons hauts (dans le clip) et a j’ai dû être très prudente. (Sting) était très gentil avec moi et très attentionné parce que je ne pouvais pas marcher. Il a dû me tenir très serrée.

Rolling Stone, le 23/09/2015

Les Russes sont tout à fait étonnants, car ils affectionnent la langue française. Ils connaissent en profondeur cette musique, je pense. (…) Les Américains, je ne les connais pas. Je dois encore les découvrir.

Rolling Stone, le 23/09/2015

Je connaissais Sting de longue date comme artiste et j’adore sa musique. Si je devais choisir un titre ce qui serait très difficile je retiendrais probablement Fragile – j’aimerais juste voler cette chanson et prétendre qu’il s’agit de la mienne.

Gala, le 04/11/2015

Le 16 mars dernier, j’ai glissé sur des pavés et je me suis fracturé tibia et péroné. La tête dans les étoiles, je ne l’ai eue qu’une fois plâtrée jusqu’à l’entrejambe. Immobilisée, j’ai eu tout le temps pour écrire mon album Interstellaires et illustrer un très beau conte philosophique, L’étoile polaire de Michel Onfray

Gala, le 04/11/2015

Je n’ai pas le sentiment de changer, mais celui d’avancer, de découvrir… L’appréhension est compréhensible. (…) C’était déjà le cas pour Anamor­pho­sée que l’on avait placé sous le ciel de Californie, ou Bleu Noir écrit avec Moby, Archive ou RedOne. (…) Lorsqu’on aime une personne, on a envie de la retrouver intacte, telle que dans ses souvenirs. Mais je ne ne conçois pas un nouvel album sans une dose d’aventure.