Les brèves

Version radio
Des Larmes sur Nostalgie
Pochette single Des Larmes
Photo inédite
Nouveau single Des Larmes
Des Larmes

Mylène Farmer - Interview - NRJ - 05 avril 1991



  • Date
    05 avril 1991
  • Média / Radio
    NRJ
  • Interview par
    Pascal Brousseau
  • Fichiers
  • Catégories interviews



Entretien  en direct sur NRJ le vendredi 05 avril 1991 entre 19h et 20h avec Pascal Brousseau.
Interview entrecoupée d'extraits de l'album L'autre... (Désenchantée, Regrets, Beyond my control), d'anciens titres de Mylène (Tristana,Sans Contrefaçon) et de chansons choisies par Mylène (Propaganda, Marvin Gaye, Talk Talk, Seal et "Crazy" - Mylène fera un duo avec Seal en 2001 sur la chanson Les mots). Mylène répond également à des questions envoyées par des auditeurs la semaine précédant l'interview.


NRJ: Désenchantée sur NRJ. Avec Mylène Farmer. Bonsoir Mylène.
Mylène Farmer : Bonsoir.


NRJ : Ça va bien ?
Mylène Farmer : Ca va bien !


NRJ :"Tout est chaos..." Est-ce que tout est O.K. jusqu'à 20 heures ?
Mylène Farmer : Je l'espère !


NRJ : Un premier extrait, à l'instant, d'un nouvel album qui compte dix chansons. Tous les textes ont été écrits par Mylène Farmer. Un nouvel album, c'est toujours un événement, et, votre visite, ce soir, sur NRJ, Mylène, est également un évènement parce qu'on vous avait peu vue, encore moins entendue, depuis décembre 1989, si j'ai bonne mémoire, depuis Bercy, depuis toute une longue tournée, c'était également avec NRJ. C’est près de dix-sept mois. C'est pas récent mais c'est déjà hier. Vous retenez quoi, comme images, de cette rencontre avec le public ?
Mylène Farmer : Que de belles images. Des choses assez troublantes. Des choses très fortes. Toujours difficile de s'exprimer par rapport à ses émotions... En tout cas, une grande, grande émotion, celle que j'attendais de la scène.


NRJ : C'est la première fois qu'on vous réentend. En tous les cas sur NRJ, c'est la première fois que depuis votre concert, on a eu l'occasion de vous retrouver. Vous en avez profité pour faire quoi, de cette longue absence ?
Mylène Farmer : J'ai eu un passage à vide qui était assez douloureux, qui est la sortie de scène, bien évidemment. Sinon, j'ai essayé de me nourrir un petit peu, puisque c'est quelque chose qui vide, la scène, finalement, surtout l'après scène. Donc, je suis revenue un peu vers la lecture. Je me suis intéressée beaucoup à la peinture. J'ai fait des choses probablement très banales aussi. Sinon, la préparation de l'autre album qui a duré à peu près cinq mois.


NRJ : On vient justement d'écouter Désenchantée, on en reparlera tout à l'heure du titre, également du clip, qu'on a découvert en exclusivité mercredi dernier dans le Hit NRJ-Antenne2. On va quitter l'ambiance un petit peu frileuse du clip, justement, pour quelque chose de beaucoup plus moite. Ça fait partie des titres que vous avez choisi, la programmation, il y a Marvin Gaye...
Mylène Farmer : Oui, "Sexual Healing".


NRJ : A tout de suite, Mylène.


Diffusion du titre de Marvin Gaye, "Sexual Healing".

Diffusion de Sans Contrefaçon.


NRJ : Sans Contrefaçon sur NRJ avec Mylène Farmer. "Sans contrefaçon, je suis un garçon", ça c'est le look un petit peu garçonne. Ça vous colle bien au personnage ?
Mylène Farmer : Ça fait partie de moi.


NRJ : Oui, c'est votre look...
Mylène Farmer : Oh, on peut mettre de côté le look. Je pense que ça fait partie de ma personnalité, ou de mes personnalités.


NRJ : On vient de s'écouter Sans contrefaçon: est-ce que vous avez, quand vous écoutez cette chanson, encore en tête les images, la scène, la mise en scène sur ce titre ?
Mylène Farmer : Il m'arrive de retourner vers ces images, justement, de regarder de temps en temps les images de la scène que Laurent Boutonnat et toute son équipe ont tournées. C'est très souvent dans des moments de, j'allais dire de dépression, c'est un peu grave, mais des moments où on se remet beaucoup en questions, et qu'on a besoin de certaines réponses. Et, j'avoue que c'est à ces moments-là que je retourne vers ces images. Et, il y des visages, il y a des regards qui sont troublants, qui sont... Cest assez magnifique !


NRJ : J'ai une question pour vous, qui nous vient de Valérie B. qui habite à B. et qui voudrait savoir: quand vous dites "Je suis d'une génération désenchantée": vous n'avez pas trouvé vos marques. Pourquoi avez-vous tant de mal à vous projeter dans votre époque?
Mylène Farmer : Je pars du principe que l'on subit sa naissance, que l'on subit sa mort et probablement sa vie. Donc j'ai probablement un problème avec la vie. Est-ce que je suis en désaccord d’avec mon époque? Ça, je ne puis dire puisque je n'ai pas vécu dans d'autres époques. Maintenant, on demande peut-être à notre génération de n'avoir plus qu'une grande lucidité quant à la vie et quant à ses difficultés; avoir ce sentiment qu'on est sans arrêt en quête de liberté et que cette liberté s'ouvre sur un grand désert. Donc, tout ça sont des grandes pertes d'illusions. Maintenant, là, je parle plus de moi, finalement, que d'une réelle génération.


NRJ : Génération, dont vous êtes quand même un petit peu le porte-drapeau...
Mylène Farmer : La chanson…


NRJ : ... et ce désert, c'est un petit peu l'image, justement, de ce grand désert froid, glacé, de Hongrie, qu’on a retrouvé dans votre clip Désenchantée. Dans votre programmation, Mylène Farmer, il y a une production signée Trevor Horn, et le titre c'est...
Mylène Farmer : (silence) Propaganda, pardon ! (rire)


NRJ: "P Machinery".
Mylène Farmer: "P Machinery" !


Diffusion de "P Machinery" de Propaganda

Diffusion de Regrets


NRJ : Mylène Farmer et Jean-Louis Murat. "Regrets" au pluriel. Pas de regrets, Mylène, quant au choix du duo ?
Mylène Farmer : Oh non, ça j’en suis vraiment très, très heureuse. C’est une rencontre qui était, qui est magique pour moi.


NRJ : Ça, c’est une grande nouveauté, un duo !
Mylène Farmer : C’est vrai que ce n’est pas du tout évident de s’imaginer chanter avec quelqu’un et de partager quelque chose avec quelqu’un. C’est vraiment une rencontre. C’est quelqu’un de tellement original. C'est... J’ai envie de l’appeler un poète. C’est un poète, c’est quelqu’un de la terre, qui fait un beau mariage de terre et de ciel, d’ailleurs.


NRJ : C’est vrai, parce que je crois que ses grands-parents étaient fermiers du côté de Clermont-Ferrand. C’est ça ?
Mylène Farmer : Oui, oui, c’est ça !


NRJ : Et puis, bon, il n'e est pas très, très loin de votre univers : Rimbaud, Verlaine, le XVIIIème siècle sont également ses passions. Il avait un album qui était "Suicidez-vous, le peuple est mort". Vous connaissez cet album qui est sorti il y a sept ans ?!
Mylène Farmer : Non. J’avoue que je ne connaissais pas Jean-Louis. Je l’ai découvert, moi, sur "Cheyenne Autumn" et j’essaie, en vain, d’ailleurs, de trouver ce premier album et je ne le trouve pas.


NRJ : Et bien voilà, l’appel est lancé carrément sur NRJ : si vous le possédez, c’est maintenant un collector. Vous pouvez l’envoyer à Mylène Farmer, ça lui fera un beau cadeau. Puisqu’on parlait à l’instant de duo, Mylène Farmer / Jean-Louis Murat, j’ai une question de Valérie B de B : est-ce que vous auriez apprécié de faire un duo avec Serge Gainsbourg, Mylène Farmer (Serge Gainsbourg est décédé le 02 mars 1991 soit quelques jours avant cette interview, ndlr) ?
Mylène Farmer : Je ne crois pas. Ou alors, si j’avais été la seule et la première, éventuellement ! Mais…non. J’ai choisi mon duo et celui que je voulais, donc aucun regret. Mais, c’est une personne que j’estimais énormément, Serge Gainsbourg, comme beaucoup d’entre nous. C’était également un poète magnifique.


NRJ : Merci.


Diffusion d’un titre du groupe Talk Talk, "Such a shame".


NRJ : C'est vrai que c'est pratiquement le week-end avec Mylène Farmer jusqu'à vingt heures pour répondre à toutes vos questions. C’est étonnant, Talk Talk dans la programmation, dans les choix musicaux de Mylène Farmer. Je suis sûr qu’on va découvrir une Mylène Farmer qu’on ne soupçonnait pas, en fin de compte !
Mylène Farmer: (rires) Vous croyez ?


NRJ : Ça fait partie des titres que vous mettez, comme ça, sur votre platine chez vous ?
Mylène Farmer : Ah, ça, j’avoue que j’ai tous les disques de Talk Talk, oui. Et je regrette... je crois qu’ils se sont séparés…


NRJ : Oui !
Mylène Farmer : Ils ont fait un dernier album qui était surprenant, qui était uniquement de la musique. Oui, j’aimais beaucoup, beaucoup, oui.


NRJ : Est-ce que vous savez un petit peu ce que le public pense de vous, de l’image que vous avez, que vous véhiculez, comme ça, au travers des gens ?
Mylène Farmer : Non. Je ne suis pas sûre de vouloir le savoir, d’ailleurs ! (rires)


NRJ : Vous n’êtes pas sûre ? Ecoutez, ça tombe mal parce que justement François Broizin s’est livré à ce petit exercice d’aller au travers, comme ça, dans la rue, pour recueillir les réactions des gens au sujet de Mylène Farmer !


Diffusion des témoignages:
- Elle est appétissante !
- Quand elle chante "Déshabillez-Moi", ça me fait des choses ! J’aurais envie de la déshabiller !
- C’est une super fille. Elle est mignonne, elle est belle sur scène. Je pourrais en parler pendant des heures !
- Ce que j’adore chez Mylène Farmer, c’est son coté mystérieux. Elle est vraiment trop, cette fille !
- Elle me plait. Je l’aimais déjà bien, mais maintenant qu’elle a les cheveux courts, je trouve que c’est encore mieux !
- Moi, quand on me parle de Mylène Farmer, je pense tout de suite à un type qui a vraiment de la chance, c’est Laurent Boutonnat. Il a vraiment de la chance de travailler, de préparer ses textes, d’aller plus en profondeur avec elle. Je l’envie beaucoup.
- Mylène Farmer, au moins, elle étale pas sa vie privée comme les autres. C’est sympa, quoi.
- Ce qui me frappe, c’est ses textes. Ils sont recherchés. Ses textes, ils veulent dire quelque chose, quoi. On voit vraiment qu’elle fait pas des disques pour vendre, qu’elle écrit vraiment ce qu’elle pense, ce qu’elle a envie d’écrire.
- Au moins, elle, elle étale pas toute sa vie dans les grands journaux. Et moi j’aime bien ce côté secret. Ça, c’est bien.
- Les paroles de ses musiques me touchent vraiment. Elle sait employer les mots qu’il faut. C’est vrai que nous, les jeunes, on est une génération désenchantée.
- Quand je la vois pleurer, je la sens malheureuse. J’aimerais bien la protéger, la prendre dans mes bras. La réconforter, quoi.
- Moi, ce qui me fout un peu les boules également, c’est que j’aimerais bien être à la place de Léon et de E.T., ses deux singes capucins qui sont continuellement à ses côtés. Je les envie beaucoup !
- Mes parents ne veulent pas que je me teigne en rousse ! Je voudrais bien qu’elle redevienne brune, ça me permettrait de lui ressembler complètement.
- Moi je suis rousse et je suis contente, parce que Mylène a donné la mode aux rousses et c’est grâce à elle qu’on se sent mieux maintenant. Les rousses peuvent être reconnaissantes à Mylène Farmer, on lui doit beaucoup !


NRJ : Voilà. Ça vous inspire quels commentaires, ça, Mylène. Toute cette énergie d’amour ?
Mylène Farmer : (rires) C’est difficile à sélectionner, mais, c’est très, très sympathique. Et, on s’aperçoit que le public est vraiment, vraiment sympathique.


NRJ : On va remonter un petit peu le temps, si vous voulez bien, et je sais que c’est pas pour vous déplaire, ça, c’est le petit côté Baudelaire. Des souvenirs, avec Tristana. Vous aimez vous réécouter ?
Mylène Farmer : Pas beaucoup, non. Quand je sors un album, il m’arrive de réécouter des chansons mais, en général, une fois que c’est terminé, je délaisse ça.


NRJ : Très bien. Là, vous allez garder le casque sur les oreilles ! (rires de Mylène) C’est Tristana sur NRJ et c’est Mylène Farmer. On est ensemble jusque 20 heures et j’ai encore tout plein de questions pour vous, Mylène.


Diffusion de Tristana.


NRJ : On reçoit Mylène Farmer jusqu'à vingt heures à l’occasion de la sortie de son album. C’est toujours une invitation aux grands voyages qu’on va poursuivre ensemble avec cette fois-ci l’aspect clip, l’image. Quand vous écrivez vos textes, Mylène, est-ce que vous pensez, est-ce que vous voyez les images dans votre tête ? Est-ce que vous travaillez les synopsis avec Laurent Boutonnat ? Comment ça se passe ?
Mylène Farmer : Ça, c’est par rapport aux clips. Par rapport aux clips, en général, Laurent travaille seul de son côté, parce que je pense que c’est bien, puisque moi je suis l’auteur de mes textes, la mise en images est quelque chose de… comment dirais-je… d’assez complexe par rapport à un thème d’une chanson. Et, je crois que c’est bien de le laisser seul travailler, justement d’essayer d’aller peut-être au-delà des mots et de trouver quelque chose qui puisse apporter d’autres choses à ce texte. Maintenant, parfois, je travaille à ses côtés. En tout cas, je le regarde et je le surveille.  Quant aux textes des chansons, c’est quelque chose que je fais en solitaire. Quand nous travaillons en studio, Laurent est très, très proche de moi pour les prises de voix, parce que j’ai aussi besoin de ça. Je crois qu’il y a un réel partage en tout cas pour l’ensemble de ces chansons. Mais, lui, c’est le département cinéma, il est tout seul, et moi, le département écriture, je suis seule, même si on se concerte de temps en temps.


NRJ : Vous êtes à l’aise derrière une caméra ?
Mylène Farmer : "A l’aise" n’est pas le terme. Mais, je fais partie de ces personnes qui ont un réel paradoxe en elles. Je fuis les lampes et, en même temps, j’ai envie d’aller sous ces lampes, donc, c’est assez complexe à gérer. Maintenant, je ne considère pas la caméra comme étant une amie mais, je l’accepte à mes côtés, spécialement celle de Laurent puisque je ne connais que la sienne, et, ça, c’est une chance pour moi et quelque chose de dangereux, aussi, finalement.


NRJ : Et, est-ce que ça pourrait vous donner des idées de cinéma, de tourner un film ? C’est Cécile F. de M. qui pose la question.
Mylène Farmer : J’ai très envie d’aller vers le cinéma. J’espère qu’il aura envie d’aller vers moi. J’ai eu quelques propositions, mais ce n’était pas encore les bonnes. Et puis j’ai un projet avec Laurent Boutonnat, et j’espère qu’il aboutira.


Diffusion d'un titre de Seal, "Crazy".


NRJ : Seal, "Crazy" sur NRJ. Puis, on parlait de clips juste à l’instant avec Mylène Farmer. Il y a une question qui est assez amusante, qui est de Pascal P. de E., qui voudrait savoir comment s’est passé le tournage de la scène, vous savez, Mylène, quand vous avez ce cafard dans votre bouche, à la cantine, dans cette usine…
Mylène Farmer : Je vais le rassurer. C’était un faux cafard qui était en plastique caoutchouteux. Et, j’ai une phobie des insectes, donc en aucun cas j’aurais pu mettre un réel cafard dans la bouche.


NRJ : Avant d’écouter un nouvel extrait de l’album L’autre…, je l’ai bien écouté, je fais partie des petits privilégiés qui l’ont eu comme ça. C’est une évolution chez vous, parce que avant vous disiez facilement "je": "Je suis libertine", "Ainsi Soit Je…" et puis là, c’est un changement : c’est "L’autre… ".
Mylène Farmer : C’est une envie, en tout cas, oui, une envie de se tourner un petit peu plus vers l’autre. C’est presque un courage de ma part, parce que c’était plus par introversion, par manque de confiance que je m’impliquais un petit peu plus, que je me mettais un peu plus en avant. Maintenant j’ai envie aussi de parler de la détresse de l’autre, finalement.


NRJ : Justement, pour aller vers l’autre, vous en avez profité pour avoir également un nouveau visage, une nouvelle coupe de cheveux…
Mylène Farmer : Oui, ils sont plus courts mais de la même couleur...


Diffusion de Beyond my control.


NRJ : Beyond my control, Mylène Farmer. C’est la séquence exploration, un petit peu, dans le nouvel album de Mylène Farmer avec Mylène Farmer ! Le titre qu’on vient de s’écouter, c’est l’avant-dernier du 33 Tours, sur la seconde face. Ce titre-là vous a inspiré plus qu’un autre ?
Mylène Farmer : Pour reparler de cette question précédente par rapport aux clips ou à des images, c’est vrai que quand j’ai écrit cette chanson…enfin, j’ai l’impression que cette chanson a une écriture plus cinématographique que les autres. Ce sont des images assez précises et rapides, comme ça, qui suggèrent tout de suite un état. C’est vrai que j’imagine tout à fait le scénario.


NRJ : Vous aller pouvoir mettre tout ça sur un papier ? On peut pas avoir un scoop particulier sur l’ambiance générale des images qui accompagneront ce titre ?
Mylène Farmer : Non, parce que je ne sais pas si on fera un clip sur cette chanson. Idéalement, moi, mon souhait serait de faire un clip pour toutes les chansons de l’album. Mais, c’est vrai que c’est un pari un petit peu difficile et un peu onéreux.


Pubs.


NRJ : NRJ avec Mylène Farmer. Il nous reste quoi, sept minutes. Mylène Farmer, je peux vous faire une confidence ?
Mylène Farmer : Oui…


NRJ : Je vous trouve rayonnante, pleine de joie de vivre !
Mylène Farmer : Allons bon ! (rires)


NRJ : C’est vrai. Ça a changé !
Mylène Farmer : Je souris davantage, c’est possible, oui…

NRJ : Alors, justement, ça fait partie des paradoxes qui entourent Mylène Farmer et, il y a un garçon qui s’appelle Emmanuel T qui habite à P et qui aimerait savoir : qu’est-ce qui vous fait rire dans la vie ? Qu’est-ce qui déclenche chez Mylène Farmer des fous rires ?
Mylène Farmer : Les grimaces de mes singes. Les grimaces de mes proches, également.


NRJ : Qui sont plus réussies que celles des singes ?
Mylène Farmer : Elles se valent (rires), elles se valent ! Sinon, mon anxiété d’avant l’émission me fait rire ! (rires)


NRJ : Oui ? On en rira aussi tout à l’heure, mais alors après, si vous voulez bien ! Et puis, il y a également une question de Stéphanie qui habite à .  qui voudrait par contre savoir si vous avez peur du futur, Mylène Farmer.
Mylène Farmer : Oui. C’est une réponse très brève, mais…


NRJ : Mais je pense que ça appelait une réponse très brève. Mylène Farmer, qui était notre invitée depuis 19h pour répondre à toutes vos questions. On pourrait rester comme ça pendant des heures, mais, comme le temps nous presse un petit peu, pour terminer je voudrais savoir quel est le plus beau souvenir que vous conservez soit de l’album, soit du clip que vous venez de tourner…
Mylène Farmer : Mon plus beau souvenir reste celui de la scène, parce que c’est le plus fort. Et, peut-être que je ne le revivrai jamais, donc il reste mon plus beau souvenir. Et, la rencontre d’avec Laurent Boutonnat, parce qu’elle est fondamentale dans ma vie.


NRJ : C’est une belle preuve d’amour. Merci Mylène d’avoir été notre invitée depuis une heure. On vous souhaite une belle continuation. On vous laisse sans vraiment vous quitter puisque votre album va nous tenir compagnie pour se séparer. Votre hymne à la génération que vous représentez, génération…
Mylène Farmer : …désenchantée. Et merci de votre accueil.


NRJ : Merci Mylène Farmer.


Diffusion de Désenchantée.

Recherche Interviews

Rechercher dans les interviews
de Mylène Farmer

MF 24/7

Version radio
Des Larmes sur Nostalgie
Pochette single Des Larmes
Photo inédite

Duel singles

Voter
2008
Dégénération
Voter
2010
Oui mais... Non

Résultat du vote

51%
49%

Vidéos

Publicité concerts 2019 - M6

18/02/2019

Publicité concerts 2019 - W9

18/02/2019

Teaser concerts 2019 Paris La Défense Arena

19/12/2018

La minute musique - TF1

02/12/2018

Clip "Désobéissance"

28/11/2018

50' Inside - La saga "Désenchantée"

10/11/2018

Publicité album "Désobéissance" - Spot "Rolling Stone"

10/11/2018

Publicité album "Désobéissance" - Spot "Sentimentale"

10/11/2018

Dernière presse

VSD - 28 février 2019
Le Parisien - 18 février 2019
CNews - 5 février 2019
France Dimanche - 8 Février 2019

Dernière presse

VSD - 28 février 2019
Le Parisien - 18 février 2019
CNews - 5 février 2019
France Dimanche - 8 Février 2019
Gala - 31 janvier 2019