Les citations liées à "Kate Bush"

Dans Graffiti, le 01/03/1987

Il y a une femme que j’aime vraiment beaucoup c’est Kate Bush justement parce qu’elle a exploité tous les domaines ! D’abord elle bouge très très bien, elle sait se servir de son corps merveilleux et puis elle a aussi des chansons qui me fascinent.

Dans Foto Music, le 01/07/1988

J’écoute beaucoup de musique classique et j’adore les bandes originales des musiques de films. Il y a également des chanteurs que j’apprécie beaucoup et dont je ne me lasse pas. Renaud, Kate Bush, Serge Gainsbourg par exemple, ou encore Jacques Dutronc. En ce qui le concerne j’avoue avoir une petite préférence pour le Dutronc d’hier, par rapport au Dutronc d’aujourd’hui…

Dans Top des Tops - Europe 1, le 04/12/1988

J’écoute de préférence Kate Bush. J’ai un album préféré, c’est Babooshka.(Mylène se
trompe. Babooshka n’est pas un album de Kate Bush mais un titre extrait de l’album Never for Ever » sorti en 1980, NDLR) Que dire de cette femme ? Que je l’aime beaucoup. C’est une femme qui est aussi très proche du cinéma, qui chante merveilleusement bien, qui a des textes qui sont beaux, intelligents. Sinon, j’aime beaucoup Peter Gabriel qui a fait une chanson avec elle, très, très belle aussi.

Dans Secrets de Stars - France Inter, le 02/12/1989

« Don’t Give up » de Peter Gabriel et Kate Bush : c’est peut être la plus belle chanson que j’ai jamais entendue…
Je crois que c’est une osmose. C’est le texte, c’est la mélodie, c’est l’interprétation, les interprètes. Et puis, il y avait un clip qui était d’une sobriété magnifique. Et puis, c’est probablement ce à quoi j’aspire. C’est faire passer une émotion. Je crois qu’il n’y a que ça qui compte, pour moi.

Dans Génération Laser - RTL, le 08/04/1991

Il y a beaucoup, beaucoup de disques à la maison mais, ce sont toujours des musiques de films.
De la musique classique, et, parfois, de la musique pop, dit-on ! Quelques exemples : j’aime beaucoup Talk Talk, j’aime Peter Gabriel, j’aime Kate Bush… Mais je reviens toujours un peu aux mêmes, finalement. J’aime bien évidemment beaucoup Jean-Louis Murat. Je dis « bien évidemment » parce que j’ai fait un duo avec lui.